Kiev : Radiographie d’une révolution.

Album de 65 photos.

Photos Yann Merlin

Quand je suis arrivé en Ukraine le 7 février, Maidan fonctionnait avec une organisation para-militaire, la société civile s’était évaporée. Les deux parties qui s’étaient affrontées,négociaient. La logistique était impressionnante. Par ailleurs, l’électricité et l’eau n avait pas été coupée.Le Press-center, installé dans « la maison des syndicats »proposait des traducteurs bénévoles, des connections internet, du soutien aux journalistes du monde entier qui avaient moins d’une semaine pour boucler leur reportage.Tout se jouait dans l’hyper-centre de la capitale.

Vue de dessus, c était une équerre qui partait de la place de l’indépendance jusqu’aux pieds du parlement.J’ai fait le tour de ce territoire et quand je demandais qui était le commandant de Maidan un nom revenait tout le temps : celui d’Andriy Parubiy. Aussi dans le staff du Press-center, les jeunes volontaires parlaient de « Mr chocolat »Porochenko, qui, d’après eux, finançait la révolution.

Pourtant, alors que Maidan faisait la une régulièrement dans la presse depuis novembre, c’était la première fois que j’entendais parler de ces deux personnages qui jouaient un rôle incontestable dans cette révolution.