FRANCE , EGYPTE , ERYTHREE 7 juin 2016

L’Edito : "Les gifles des boxeurs" par Léonard Vincent

J’étais en charge d’une rédaction le week-end dernier et une tenaille me serrait la gorge. Je savais que, depuis quelques semaines, des centaines de personnes terrorisées étaient de nouveau entassées, sur les plages de Libye, dans des boudins de plastique. On les poussait à la mer après les avoir brutalisé et fait les poches. Je savais qu’une fois au large, comme chaque année, beaucoup se noyaient, parce que leur matelas pneumatique cédait au poids, à l’usure, aux vagues, à leur rafistolage.

De rares navires se portaient au secours des survivants. Quant aux morts, je voyais une fois encore que leurs cadavres gonflés commençaient à s’échouer sur les plages d’Afrique.

Et puis un chiffre m’est tombé sous les yeux : plus de mille morts en douze jours.

Pour le média pour lequel je travaille, j’avais déjà raconté tout cela. L’évasion hors d’Érythrée, la fuite éperdue vers la paix, les camps de concentration en Égypte et en Libye, les naufrages, les héros, l’Italie, Calais... Mais ces histoires illustrées, clamées, n’ont rien changé. Pire : leur répétition a habitué les consciences et lassé les rédactions. Comme ces gifles stimulantes que se donnent les boxeurs avant le combat.

Malgré tout, j’ai demandé aux journalistes de la rédaction dont j’avais la charge, une fois de plus, d’appeler untel, d’écrire ceci ou cela. Je suppose que c’est ainsi qu’on maintient allumée les bougies dans les tempêtes : au cas où. Peut-être un jour aura-t-on besoin du feu. Ou d’allumer un incendie.

7 juin 2016

Par Léonard Vincent

plusPhotos

plusDessins

Envoyer par e-mail

afficher une version imprimable de cet article Imprimer l'article

générer une version PDF de cet article Article au format PDF


FRANCE

EGYPTE

ERYTHREE