SYRIE , ITALIE 1er juillet 2013

A lire d’urgence.

Lettre d’une pigiste perdue dans l’enfer syrien.

Reporter Free-Lance à Alep

« Dormir chez les rebelles coûte 50$ par nuit ; une voiture, 250$ par jour. Vous ne pouvez payer ni une assurance – 1000$ par mois – ni un fixeur. Vous êtes seul. »

Ce texte sur son expérience syrienne a été publié le 1er juillet 2013, sur le site de la ’Columbia Journalism Review’, par Francesca Borri, journaliste indépendante italienne, par ailleurs auteur d’un livre sur le Kosovo et d’un autre sur les rapports entre Israéliens et Palestiniens intitulé ’Quelqu’un avec qui parler’ (Manifestolibri, 2010). Il nous a semblé qu’il méritait d’être traduit en français.

JPG - 123.3 ko

A Alep, en avril 2013 (Sipa)

" Il m’a finalement écrit. Voilà plus d’un an que je lui envoie des articles à la pige. Pour lui, j’ai attrapé la typhoïde et reçu une balle dans le genou. Aujourd’hui, mon rédacteur en chef a regardé les infos et a pensé que je faisais partie des journalistes italiens qui ont été kidnappés. Il m’a envoyé un e-mail : « Si tu trouvais une connexion, pourrais-tu tweeter ta captivité ? »...Lire la suite

1er juillet 2013

Par Jean-Paul Mari

plusPhotos

Envoyer par e-mail

afficher une version imprimable de cet article Imprimer l'article

générer une version PDF de cet article Article au format PDF


SYRIE

ITALIE