PNG - 5.6 ko

"L’avion que nous avions trouvé temporairement pour continuer à voler pendant que les échanges se poursuivent avec l’autorité de l’aviation civile italienne pour afin de pouvoir reprendre les vols avec notre Colibri, part vers d’autres cieux et nous ne pouvons plus effectuer nos vols de recherche.

Depuis le début nous voulions et avons été des yeux aériens, efficaces pour les bateaux des ONG, mais nous ont contraint à rester au sol, comme eux, trop souvent contraint de rester à quai. Même lorsqu’ils ont été bloqués, nous avons pu continuer à voler devenant les seuls témoins du drame qui n’a cessé de se jouer malgré leur absence regrettée, démontrant si c’était nécessaire que l’appel d’air, évoqué par certains, était un mythe.

Nous devons tout faire pour reprendre nos vols au plus vite... les drames se poursuivent. Pas plus tard qu’hier, j’étais sur le quai au port de Lampedusa pour accueillir les rescapes les plus vulnérables qui étaient à bord du Mare Jonio, ( du collectif italien de Méditerrané) tenu a distance a 13Nm de là.

J’ai pu recueillir le témoignage de deux rescapes qui m’ont expliqué comment leur pneumatique surcharge a été balaye par une vague qui a jeté 17 d’entre eux a la mer.. 11 seulement on pu remonter a bord. Les 6 autres se sont noyés sous les yeux de leurs compagnons d’infortune... impuissants, spectateurs malgré eux d’une mort effroyable. Nous devons revoler pour tenter de limiter cette hécatombe..."

SOUTENEZ-LES : https://www.pilotes-volontaires.org/fr/accueil/