MALI

Censure à Bamako

Mali. Les bonnes vieilles habitudes...

Chaque soir, la même scène dans le hall de l’hôtel à Bamako. Les équipes de reporters, télé, photos, radios, écrit, reviennent, frustrées et furieuses : on ne passe pas. Tous ceux qui grimpent vers le Nord se heurtent à des barrages de police et de l’armée. Et se font arrêter et refouler. Cinq heures de route jusqu’à Segou, la base de départ, et deux ou trois heures de plus pour essayer d’aller au contact. Rien à faire. Le passage est bloqué avant Mopti et Sévaré. Et rien ne sert de brandir l’autorisation qui est délivrée par le ministère de la défense et de l’information. Ou plutôt, sans elle, on se fait arrêter bien plus vite. La faute aux Maliens ? Ben voyons...Lire le suite des Carnets d’un grand reporter de Jean Paul Mari

Par Jean-Paul Mari

plusPhotos

Envoyer par e-mail

afficher une version imprimable de cet article Imprimer l'article

générer une version PDF de cet article Article au format PDF


MALI