FRANCE 1er juillet 2009

Reporter de guerre, écrivain

Mort d’un reporter

Paul Marchand, 47 ans, ancien reporter au Liban et en Bosnie, où il a été blessé, auteur de quatre livres, s’est donné la mort dans son appartement à Paris.

Il lui avait donné rendez-vous voilà très longtemps, quand il avait couvert la guerre du Liban et le siège de Sarajevo. Paul marchand, 47ans, journaliste, et écrivain s’est donné la mort dans son appartement à Paris. Il laisse une petite fille de sept ans. En façade, il affichait un dandysme de prince noir de la guerre, provocateur et invulnérable mais derrière ce masque mondain, il y avait l’homme, écorché jusqu’à la moelle, capable de grand amour et de grandes haines, souvent les deux à la fois. Il se disait immortel, une balle lui a arraché une partie du bras. Le reporter de guerre a tourné en rond en fulminant entre Paris et Montréal puis il est devenu un superbe écrivain – « quatre livres dont « Sympathie pour le diable », « Ceux qui vont mourir », « J’abandonne aux chiens l’exploit de nous juger » et le dernier, en 2007, « Le Paradis d’en face ». L’écriture peut aider à vivre mais elle n’empêche pas de vouloir mourir. Il est parti, victime d’une blessure de l’enfance ou de la guerre, personne ne peut le dire à sa place. Mais il est mort blessé.

1er juillet 2009

Par Jean-Paul Mari

plusPhotos

plusDessins

Envoyer par e-mail

afficher une version imprimable de cet article Imprimer l'article

générer une version PDF de cet article Article au format PDF


FRANCE