Somalie : Voyage au pays des pirates.

Album de 20 photos.

Photos Jean-Luc Moreau

Les eaux somaliennes sont devenues, en quelques années, très inamicales pour les navires du monde entier. A cause des pirates qui profitent du vide qui règne à la tête de l’Etat depuis 1991. L’absence d’un Etat de droit en Somalie depuis 1991, date à laquelle a débuté la guerre civile dans le pays, fait de ses côtes un nouvel eldorado pour les pirates des temps modernes. Pour le Bureau Maritime Internationale (BMI), organisation qui lutte contre la piraterie maritime dans le monde, la recrudescence des actes de piraterie tient à ce vide politique. Le détournement des cargaisons du Programme Alimentaire Mondial (Pam), ces derniers mois, a mis un coup de projecteur sur le phénomène. « Depuis le 15 mars, ce sont 32 attaques qui ont été perpétrées dans les eaux somaliennes, dont 13 avec succès. Dix navires ont été libérés contre des rançons et les 3 derniers sont encore dans les eaux somaliennes ». Les sommes réclamées sont « substantielles ». Le modus operandi des pirates somaliens est simple. « Les pirates arrivent dans des petits bateaux très rapides armés d’armes automatiques et de lance-grenades portables. Ils ouvrent alors le feu sur le navire et l’oblige à ralentir, puis en profitent pour monter rapidement à bord. L’équipage est pris en otage et les pirates obligent le navire à quitter les eaux internationales pour les eaux somaliennes ».

Lire le texte du reportage