Portrait du monde touareg Nigérien.

Album de 89 photos.

Photos Jean-Luc Manaud

Dix ans après la signature d’accords de paix, une nouvelle rébellion touarègue se développe dans le nord uranifère du Niger. Comme au Nigeria pour le pétrole, la revendication d’une utilisation locale des bénéfices de l’exploitation de l’uranium et de l’embauche des populations est mise en avant. Comme au Nigeria, le contraste entre les richesses du sous-sol et la profonde misère ambiante alimente la révolte contre un lointain pouvoir central accusé d’accaparement. Face au risque d’escalade de la violence, les partis politiques nigériens ont appelé, vendredi 6 juillet à l’ouverture d’une négociation, reconnaissant ainsi l’existence du MNJ que le président nigérien Mamadou Tandja continue de qualifier de « groupe de bandits armés ». En 2006, une loi allouant 15 % des bénéfices des sociétés minières aux collectivités territoriales concernées a été adoptée à Niamey. Les rebelles, eux, exigent que 50 % des profits soient injectés dans des projets de développement.

Aller sur le site de Jean-Luc Manaud

Voir les tirages de collection