FRANCE 2 juin 2015

Quelques nouvelles du Salon du livre de Bayeux

Prix Bayeux des Correspondants de Guerre 2015 : le palmarès complet.

Du 5 au 11 Octobre.

Quelques nouvelles de Bayeux....
- 1500 personnes à la soirée finale de remise des prix
- Gros succès du Salon du Livre - une trentaine de participants, la foule des grands jours, beaucoup de jeunes, ( "Les bateaux ivres", odyssée des migrants en Méditerranée, épuisé en moins d’une journée. Ainsi que "Opération César")
-  Projections du film d’Henderlin "Le mont du temple" et de "Sinaï : voyage en barbarie ( Cécile Allegra et Delphine Deloget)
- Belle soirée débat sur la Syrie.

Quelques nouvelles de Bayeux....
- 1500 personnes à la soirée finale de remise des prix
- Gros succès du Salon du Livre - une trentaine de participants, la foule des grands jours, beaucoup de jeunes, ( "Les bateaux ivres", odyssée des migrants en Méditerranée, épuisé en moins d’une journée. Ainsi que "Opération César")
-  Projections du film d’Henderlin "Le mont du temple" et de "Sinaï : voyage en barbarie ( Cécile Allegra et Delphine Deloget)
- Belle soirée débat sur la Syrie.

Le Palmares : cliquez sur l’icône

PDF - 106.5 ko

Quelques nouvelles de Bayeux...

Hier soir, projection du film documentaire “Disparus”. grand amphithéâtre quasiment plein, film fort, dur, film de témoignages recueillis sur la frontière turco-syrienne. Dans le film, un militaire de haut-rang affirme qu’il y a 200 000 disparus dans tout le pays.

Puis le débat. Une phrase entendue : "Le plus dur, c’est de savoir que ce que nous décrivons ( torture, viols, disparitions, assassinat) se passe en Syrie au moment précis où nous parlons. En ce moment même."

Disparus

Un film de Sophie Nivelle-Cardinale et Étienne Huver AVANT-PREMIERE

“Disparus” est une enquête sur la face cachée d’une guerre toujours en cours. Loin des bombes et des villes en ruines, ce film documente l’utilisation d’une arme invisible qui ravage la population syrienne depuis 2011 : la disparition de plus d’une centaine de milliers de Syriens – peut-être autant que les victimes du conflit armé selon certains témoins, soit plus de 200 000 personnes.

Tandis que les fanatiques de Daesh mettent en scène leurs crimes de manière spectaculaire et médiatique, ces disparitions innombrables révèlent l’implacable machine de mort secrètement mise en place par le régime syrien. La torture, l’arbitraire et la cruauté en sont les terribles rouages. Les survivants racontent l’indicible et des photographies officielles exfiltrées clandestinement montrent l’inimaginable : des corps suppliciés par milliers, tous marqués d’un numéro – preuves d’un système organisé du meurtre par le régime de Bachar Al Assad.

Les victimes sont issues de tous les milieux de la société syrienne. Avant 2011, Tarik était un homme d’affaires prospère, Rweida, une professeur de maths à Damas et Nayla, une mère de famille sans histoire. Pendant des mois, ils ont été détenus au secret et torturés par les services de sécurité du régime ou ont cherché leur proche en silence. Ils sont les témoins directs d’une machine infernale, dévouée à la survie du régime de Damas.

En Europe et au Proche-Orient, Sophie Nivelle-Cardinale et Etienne Huver ont rencontré ces témoins d’une tragédie qui se déroule dans l’indifférence de la communauté internationale. Pour la première fois, des familles en exil, des survivants mais aussi des complices du régime, racontent cet « État de barbarie » qui fait la loi dans la Syrie de Bachar Al Assad.

TOUT LE PROGRAMME : CLIQUEZ CI-DESSOUS.

PDF - 3.6 Mo

2 juin 2015

Par Jean-Paul Mari

plusPhotos

plusDessins

Envoyer par e-mail

afficher une version imprimable de cet article Imprimer l'article

générer une version PDF de cet article Article au format PDF


FRANCE