Grand prix des lectrices 2009

Prix du document Biographie de l’auteur« Sans blessures apparentes » de Jean-Paul Mari (aux éditions Robert Laffont)

Les lectrices sont tombées sous le charme du livre, puis sous celui de l’auteur lorsqu’elles l’ont rencontré. Et pourtant, Jean-Paul Mari s’était attaqué à un sujet difficile, les blessures de guerre, celles que l’on ne voit pas et qui se révèlent bien plus compliquées à cerner et donc à guérir. Le journaliste a couvert une multitude de conflits, a vu des horreurs de toutes sortes... Mais ce qui le poursuit depuis une dizaine d’années, ce sont ces blessures qui touchent des gens d’expérience, des combattants, des journalistes. Des personnes qui se retrouvent « sidérées, comme frappées par une balle invisible, pour lesquelles la vie devient un calvaire et qui se posent l’éternelle question : pourquoi est-ce que je vis encore alors que les autres ont été tués ». Jean-Paul Mari a voulu comprendre ce qui se cachait dans la tête de ces victimes « sans blessures apparentes ». « C’est un sujet délicat, car la rencontre avec la mort reste indicible. Et pourtant, le mal est bien plus répandu qu’on ne l’imagine. Des chiffres américains révèlent qu’un homme sur trois ayant participé à une guerre souffre de troubles psychiques. Pourquoi, à un moment donné, une odeur, un regard déclenchent-ils un véritable traumatisme, une sorte de cancer de l’âme ? » Jean-Paul Mari est convaincu que l’on peut surmonter la guerre et la mort, à condition de les regarder en face, de briser le tabou, d’en parler, comme il vient de le faire dans ce récit. « Et croyez-moi, lorsque l’on en guérit, on en ressort plus vivant que jamais, avec le goût du bonheur et de la légèreté. »

Voir le blogspot consacré au livre