FRANCE , INDONESIE , PAPOUASIE OCCIDENTALE ex- Irian Jaya 29 octobre 2014

Après deux mois et demi de détention...

Thomas Dandois et Valentine Bourrat de retour à Paris.

"Envie de se promener dans les rues de Paris" et de " passer la journée avec les enfants".

Thomas et Valentine - condamnés en Indonésie à deux mois et demi de détention pour un reportage d’Arte sans autorisation - sont arrivés ce matin à l’aéroport de Roissy.

JPG - 649.9 ko

Thomas Dandois, 40 ans, et Valentine Bourrat, 29 ans, sont arrivés à Roissy à 06H40. Ils étaient en bonne forme et ont retrouvé leurs proches. Puis ils ont pris un petit-déjeuner et ont rencontré brièvement deux officiels du Quai d’Orsay avant de sortir de l’aéroport.

Tous ceux qui ont les soutenu pendant leur détention étaient là pour les accueillir : famille, Comité de soutien, RSF, la chaine Arte qui doit diffuser le film, et l’agence de production Memento chargée de le réaliser. Et la presse qui a relayé les appels à leur libération.

JPG - 115.8 ko

Rappelons que les deux reporters français risquaient 40 000 dollars et cinq de prison. Et que les autorités policières de Jayapura, en Papouasie Occidentale, ont tenté, sans succès, d’alourdir le dossier avec des charges de "participation à une activité subversive" et "propagande anti-indonésienne".

Thomas, très ému, a dit "à quel point la mobilisation autour de leur cas révélait la volonté de la profession de défendre la liberté de la presse". Il a avoué aussi que son objectif immédiat était de passer la journée avec ses enfants".

JPG - 42.7 ko

"Valentine, plus discrète, n’a pas quitté sa famille et ses proches présents pour l’accueillir. Elle a dit avoir "envie de se promener dans les rues de Paris".

JPG - 625.8 ko

Les journalistes avaient été condamnés vendredi par un tribunal de Papouasie à deux mois et demi de prison, peine couverte par leur détention provisoire, dans cette province de l’est de l’archipel, où ils avaient été arrêtés le 6 août, pour avoir abusé de leur visa de tourisme pour réaliser un reportage sur des séparatistes en Papouasie pour un magazine d’Arte, produit par l’agence Memento.

Les deux journalistes étaient arrivés mardi après-midi à l’aéroport de Jakarta pour une escale de quelques heures, au cours de laquelle ils ont rencontré l’ambassadeur de France en Indonésie, Corinne Breuzé, et le chef de la section consulaire, Pierre-Antoine Gounand.

JPG - 600.4 ko

Selon l’Alliance indépendante des journalistes d’Indonésie, c’est la première fois que des journalistes étrangers sont condamnés en Papouasie pour avoir enfreint la législation relative à l’immigration. D’autres journalistes étrangers interpellés par le passé pour avoir effectué des reportages sans autorisation en Papouasie ont été expulsés d’Indonésie.

JPG - 17.5 ko

Des ONG ont déploré la condamnation des deux Français et l’avocat indonésien des journalistes a estimé que cette condamnation n’était "pas très bonne" pour la couverture médiatique, dans la mesure où elle "ouvre la porte à la criminalisation des activités journalistiques".

L’Indonésie surveille de très près les activités de la presse en Papouasie où les forces gouvernementales sont confrontées depuis plusieurs décennies à une rébellion séparatiste.

JPG - 129.9 ko

29 octobre 2014

Par Jean-Paul Mari

plusPhotos

plusDessins

Envoyer par e-mail

afficher une version imprimable de cet article Imprimer l'article

générer une version PDF de cet article Article au format PDF


FRANCE

INDONESIE

PAPOUASIE OCCIDENTALE ex- Irian Jaya