FRANCE , INDONESIE , PAPOUASIE OCCIDENTALE ex- Irian Jaya 24 octobre 2014

"Mr le juge, je veux rentrer chez moi, même à la nage !" Thomas Dandois.

Thomas Dandois et Valentine Bourrat : Ils sont libres !

Les deux reporters français ont été condamnés à deux mois et demi de prison. Ils seront libres dès lundi prochain. Ils prendront le chemin du retour.

JPG - 17.5 ko

" Monsieur le président, je veux rentrer chez moi, même à la nage !"

Hier, à la fin d’une semaine d’audience, le président du tribunal de Jayapura a demandé à Thomas Dandois s’il avait quelque chose à dire pour sa défense. Le journaliste français s’est levé et il a déclaré, en indonésien : "Monsieur le Président, je veux rentrer chez moi. Même à la nage !" Et la toute salle du tribunal a éclaté de rire.

JPG - 111.1 ko

Thomas Dandois, 40 ans, et Valentine Bourrat, 29 ans, ont été condamnés hier, vendredi, à deux mois et demi de prison et à 150 euros d’amende chacun. Nos deux collègues seront libérés lundi prochain. Cette peine couvre la détention provisoire effectuée par les deux journalistes depuis leur arrestation en Papouasie le 6 août, qui vont ainsi être libérés d’ici lundi, a déclaré leur avocat ,Aristo Pangaribuan.

Thierry Marro, directeur de Memento, leur agence de production a réagi à leur libération : "Nous sommes soulagés et très heureux de ce dénouement ! Pendant deux mois et demi, notre combat pour la libération de Thomas et Valentine a été permanent, notre unique préoccupation vingt quatre heures sur vingt quatre. En collaboration étroite avec Arte et les Autorités françaises. Nous somme fiers de Thomas et Valentine et de leur travail."

Thomas et Valentine ont été reconnus coupables d’avoir abusé de leur visa de tourisme pour effectuer ce reportage en Papouasie (est), et condamnés par le tribunal de district de Jayapura, capitale de cette province, à deux mois et 15 jours de prison.

JPG - 126.4 ko

"Concrètement, c’est une bonne décision car ils vont rentrer chez eux, mais d’un point de vue juridique, ce n’est pas très bon car cela ouvre la porte à la criminalisation des activités journalistiques", a ajouté l’avocat indonésien.

Le procureur avait requis jeudi quatre mois de prison ferme contre les deux journalistes, soulignant qu’ils avaient exercé des activités "incompatibles avec leur visa" de touriste, alors qu’ils auraient dû être en possession d’un visa de journaliste pour se rendre dans cette province à l’accès très restreint pour les journalistes étrangers.

JPG - 99.8 ko

Le procès avait débuté lundi. Les audiences se sont poursuivies tous les jours cette semaine, avec un jugement rendu aujourd’hui. La seule charge retenue était celle d’utilisation abusive d’un visa de tourisme. Les charges ont été annoncées lundi, puis ce fut le tour des réquisitions, témoignages de la défense et des plaidoiries . La sentence a été prononcée hier soir.

Lundi dernier, 20 octobre, était le jour de la prise de pouvoir du président Jokowi qui s’est prononcé pour l’ouverture de la Papouasie aux journalistes.

Martine Bourrat, la mère de Valentine et Marc Dandois, le frère de Thomas, étaient sur place et ont assisté au procès. Au vu de l’accélération du rythme du procès, ils avaient décidé tous tous deux de rester sur place jusqu’à aujourd’hui.

JPG - 53.9 ko

24 octobre 2014

Par Jean-Paul Mari

plusPhotos

plusDessins

Envoyer par e-mail

afficher une version imprimable de cet article Imprimer l'article

générer une version PDF de cet article Article au format PDF


FRANCE

INDONESIE

PAPOUASIE OCCIDENTALE ex- Irian Jaya