Un destin rwandais

Album de 32 photos.


Mbogo, Rwanda, 24 decembre 2013. Après 6 and d’errance loin de chez lui, Angelo revient dans son village de Mbogo. Sur sa parcelle de terre, il construit sa maison. Pour cela, il fabrique les briques avec la terre. La charpente sera faite avec des troncs d’arbres et la toiture avec des tôles.

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Photos Christophe Calais

Depuis près de vingt ans, Christophe Calais narre la chronique photographique d’Angelo : un destin singulier qui épouse les contours sinueux du Rwanda, théâtre d’une guerre civile puis d’un génocide contre la minorité tutsi d’avril à juillet 1994.

(NB LES PHOTOS LES PLUS ANCIENNES SONT À LA FIN DU REPORTAGE.)

S’il est un survivant, Angelo n’est pas un rescapé du génocide. Réfugié au Zaïre, comme des centaines de milliers de civils hutu, le garçon fut découvert dans une fosse commune, recouvert par les morts de l’épidémie de choléra qui frappait la région de Goma.

Après avoir photographié son retour dans le monde des vivants, Christophe Calais continua, aux confins du Zaïre et du Rwanda, de suivre les pérégrinations de l’enfant.

Depuis 2009, Nathan Réra explore le travail de Christophe Calais sous la forme d’un dialogue ininterrompu. Transparaissent, au fil de leurs mots, les évolutions du quotidien d’Angelo : son entrée dans l’adolescence, l’apprentissage de l’âge adulte, les triviales difficultés du quotidien, le lourd fardeau légué par les siens. Son portrait, à l’aune d’une société partagée entre la mémoire et l’oubli, reste celui d’un Rwandais engagé dans une course perpétuelle pour la survie.

"Christophe Calais / Signatures"

LIRE LA LETTRE DE CHRISTOPHE CALAIS

ALLER SUR LE SITE DU PHOTOGRAPHE

SE PROCURER SON LIVRE

ou aussi