Carole Dromer

Carole Dromer, médecin, née en 1960. De 1989 à 1997, elle accompagne régulièrement des expéditions sur les continents africain et américain. Elle s’engage dans l’action humanitaire à temps plus que plein en 2000 avec Médecins du Monde, après avoir alterné son travail à l’hôpital et les missions en Bosnie (1996) et en Afghanistan (1998-1999).

Contacter Carole Dromer

Envoyer un message

Livres

Israël : "Citoyens français ou pas ?", par René Backmann

Le 24 mars, dans le centre de la ville palestinienne de Héron, au sud de la Cisjordanie occupée, un jeune soldat de l’armée israélienne, infirmier dans la brigade Kfir, a achevé de sang froid un palestinien, qui gisait sur le sol, gravement blessé, après avoir tenté de poignarder un autre militaire israélien.

Grâce à un militant de l’ONG israélienne B’Tselem, qui a filmé la scène, on peut constater que la victime, immobile ne présentait aucun danger, comme le montre le comportement des autres soldats, tranquilles, à proximité. On apprend aussi par…la radio militaire israélienne que 11 minutes se sont écoulées entre le moment où le Palestinien a agressé le premier soldat et le moment où, atteint de plusieurs balles, et allongé au sol, il a été achevé.

Trois officiers ont été mis en cause par la hiérarchie pour ne pas avoir porté secours à l’homme à terre alors que la situation était totalement sous contrôle. Le tireur – dont l’identité est connue mais n’a pas été officiellement divulguée par l’armée – a été accusé d’homicide, mis aux arrêts, puis assigné à résidence dans une base de l’armée. En quoi cette affaire nous concerne-t-elle ?

Elle nous concerne parce que les faits se sont déroulés dans un territoire illégalement occupé et colonisé, au regard du droit international, ainsi que le rappellent une multitude de résolutions des Nations Unies souvent votées par la France. Elle nous regarde aussi parce que la France entretient, des relations amicales, comme ses dirigeants ne manquent jamais de le rappeler, avec la puissance occupante : l’État d’Israël.

Elle nous regarde, aussi, et elle regarde François Hollande, parce que le soldat-exécuteur possède la double nationalité israélienne et française. Comme un autre soldat, Gilad Shalit, avec qui la France avait manifesté sa solidarité lorsqu’il avait été capturé par le Hamas, à la frontière de Gaza, en juin 2006 et gardé en otage jusqu’en octobre 2011.

C’était un citoyen français qui avait été pris en otage. C’est un citoyen français qui vient de se comporter en criminel de guerre. La condamnation publique de ce crime par François Hollande se fait attendre.

RB

Lire la suite