IRAN

  • Mur de feu sur Fao

    La plus grande bataille de la guerre Iran-Irak

    article en pdf

    29 avril 1988
  • Mon dernier combat

    Mahyar Monshipour, boxeur-citoyen

    Six fois champion du monde, l’ancien gamin de Téhéran, devenu l’icône de l’intégration à la française, raccroche les gants. Pour son ultime match, Jean-Paul Mari s’est glissé, le temps du combat, dans la peau du boxeur

    « Mon premier round est le début de la fin du monde. Il y a une seconde encore, j’étais Mahyar Monshipour, 30 ans, 1,64 mètre, 54 kilos, six fois (...) Lire la suite
    juin 2007
  • Sur les Routes de la Soie

    (photographies de Reza)

    De Venise au fin fond de la Chine, les routes de la Soie demeurent plus que jamais un axe mythique. Un chemin initiatique sur lequel l’Orient et l’Occident ont échangé des biens et des idées pendant des siècles. Aujourd’hui, l’esprit de cette route perdure dans les oasis et les caravansérails, dans les villes qui s’étalent de la vieille Europe à l’Asie profonde. Cet esprit d’hospitalité, de concorde, d’échange entre les hommes, et donc d’ouverture à l’Autre, se retrouve dans les paysages, dans les patrimoines, dans les trésors qui se cachent le long de la route de négoce et d’invention, d’Istanbul à Xian, de Konya à Samarcande, de Bakou à Bamyan où les bouddhas détruits semblent encore respirer de leur sagesse. Autant de messages de tolérance, autant d’oasis de la pensée. Dans ces temps troubles de civilisations en rupture, la route de la Soie - l’anti-route des croisades - plaide au contraire pour un rapprochement. Une route qui nous renvoie aussi à nos origines et à la nostalgie du nomadisme. Ce livre, qui mélange l’histoire et le temps présent, est une plongée dans le mythe en même temps qu’une invitation au voyage.

    Où commence la route de la Soie ? Je me rappelle de l’étonnement d’un ami afghan quand il apprit le sens de ce voyage. Il était plus que circonspect. (...) Lire la suite
    2007
  • Iran : la grande fête de la mort.

    Vingt ans après Khomeini

    De Khomeini à Ahmadinejad.... En se livrant autour de son cadavre à des convulsions d’hystérie collective, des centaines de milliers d’iraniens ont (...) Lire la suite
    8 juin 1989
  • "Dans l’Islam des révoltes"

    Les bonnes feuilles du livre de Philippe Rochot- - Vingt ans de reportages, du Liban à L’Afghanistan

    "- Tu vas être exécuté me dit en français un homme..."

    Les bonnes feuilles du livre de Philippe Rochot Parution le 4 février.

    ……..Plus de vingt ans se sont écoulés depuis l’affaire des otages français du Liban, mais elle reste présente dans l’esprit de tous. Je suis surpris de rencontrer aujourd’hui encore des témoins de cette époque qui me rappellent ce drame avec sympathie et compassion. Ils n’ont pas oublié, tant cette page de notre histoire a marqué une génération, celle des années 1980. Pour ma part, cette tragédie est restée gravée dans ma mémoire. J’ai donc souhaité revenir sur cette épreuve qui n’est pas isolée dans ma vie car elle s’inscrit dans mon itinéraire à travers le Proche-Orient. Mais il n’est pas facile pour un journaliste d’écrire à la première personne. Je suis là pour raconter des événements qui touchent la vie des autres et pas la mienne. Mon métier est d’être un spectateur qui se sent concerné et non pas impliqué, un observateur et pas un acteur. Alors quand je bascule de l’autre côté, que je deviens moi aussi une victime et que les autres journalistes se tournent vers moi au lieu de regarder devant eux, il y a quelque chose de troublant. Je dois donc habiter un autre personnage. Mais même ainsi je ne peux m’empêcher de regarder ce que je vis avec mes yeux de journaliste.

    Durant ma détention, je me disais parfois : voilà une bonne image, voilà une belle lumière, voilà un son qui restitue bien l’atmosphère dramatique que nous vivons. Peut-être cette vision de l’événement m’a-t-elle finalement aidé à mieux supporter cette épreuve. Je connaissais de même la mentalité, l’état d’esprit, le comportement de ceux qui nous ont capturés, car déjà depuis plus de quinze ans je me passionnais pour le monde arabo-musulman.

    En réalité, mon parcours a commencé en Arabie saoudite, aux sources de l’islam, pour se prolonger dans les guerres du Liban, d’Irak, d’Iran et même d’Afghanistan sur les terres du « lion de l’islam », le surnom que ses partisans ont donné à Oussama Ben Laden. Et c’est cet itinéraire dans « l’islam des révoltes » que j’ai voulu raconter.

    Extrait de : « Aux portes de la Mecque » Mon travail était plutôt pesant en ces périodes de pèlerinage. J’étais seulement autorisé à lire au micro le (...) Lire la suite

  • Ma vie de reporter en images

    Liban, Iran, Afghanistan, Vietnam, Chine, Tibet...NOUVELLES PHOTOS !

    par Philippe Rochot, Grand reporter.

    Liban, Iran, Afghanistan, Vietnam, Chine, Tibet, Paris....par Philippe Rochot, Grand reporter.

    "La photographie est ma passion première. Jeune étudiant en journalisme, je rêvais d’être reporter photographe dans la guerre du Vietnam. Le hasard m’a conduit vers d’autres conflits du monde : le Proche-Orient, l’Afrique, l’Iran, l’Afghanistan, la Chine…

    Mais ces trente années de reportages pour la télévision n’ont pas effacé chez moi la passion de l’image fixe. Elle a pour moi valeur d’éternité. Elle permet de figer l’instant décisif, le plus intense, celui qui restera dans l’histoire. C’est une invitation au rêve et à la réflexion.

    Mon appareil photo ne me quitte jamais en reportage et même si le temps ne me permet guère de combiner image animée et image fixe, je m’arrange toujours pour éterniser ces instants, ces regards, ces attitudes, ces scènes de vie ou de mort, avant de rentrer au pays.

    La photo est là pour saisir l’événement, mais aussi pour le dépasser, en explorer les traces, les cicatrices laissées par l’homme. Qu’importe l’événement lui-même, l’important est ce qu’il en reste, le message qu’il nous transmet au delà des faits et des années qui s’écoulent. Par cette démarche, je veux dépasser le simple instantané."

    NB : les nouvelles photos sont à la fin du reportage. Lire le blog de jean Paul Mari sur Philippe Rochot, "Carnets d’un grand-reporter". (...) Lire la suite
    4 février 2012
  • Bouleversant et révoltant : La lettre d’adieu de Reyhaneh Jabbari

    La jeune iranienne a été pendue pour avoir poignardé l’homme qui l’avait violée

    "je ne veux pas d’une tombe où tu viendrais pleurer et souffrir...."

    Reyhaneh Jabbari était une jeune décoratrice d’intérieur de vingt six ans. En juillet 2007, elle a été violée par un ancien agent de renseignement. Jugée en 2008 et reconnue coupable, elle a été placée en cellule d’isolement par le régime iranien, interrogée et torturée avant d’être exécutée, - pendue - le 26 octobre dernier. Avant sa mort, elle a écrit une lettre testament à sa mère Sholey, un texte , où elle lui demande d’obtenir que tous ses organes soient donnés à d’autres après sa mort. Bouleversant.

    Voici la lettre dans son intégralité, diffusée ce weekend par des militants pacifistes iraniens et d’abord mise en ligne sur le site du Huffington (...) Lire la suite
    30 octobre 2014
  • Syrie-Irak : l’Etat islamique peut-il être vaincu ?

    Moyen-Orient – Analyse : une radiographie de la guerre contre Daesch.

    "Chroniques du monde" de René Backmann

    Fort de ses moyens militaires et financiers impressionnants et d’une implantation territoriale en progression, le califat d’Abou Bakr al-Baghdadi exploite les hésitations et les contradictions de la coalition internationale anti-terroriste pour imposer son « ordre islamique » barbare et affirmer sa puissance militaire. Au point de menacer Damas ?

    Comment contenir – voire faire reculer – l’État islamique ? Alors que le califat d’Abou Bakr al-Baghdadi poursuit son expansion en Syrie comme en (...) Lire la suite
    15 juin 2015
  • l’accord de Vienne : que peut–il changer dans la région ?

    Négociations cruciales sur le nucléaire avec l’Iran.

    "Chroniques du Monde" par René Backmann.

    L’accord conclu à Vienne le 14 juillet entre les Etats-Unis, la Russie, la Chine, la France, le Royaume Uni, l’Allemagne et l’Iran interdit à Téhéran de produire une bombe atomique et place le programme nucléaire iranien sous strict contrôle international, en échange de la levée des sanctions internationales en vigueur depuis 2006. Ce qui pourrait bouleverser l’équilibre géopolitique régional.

    Le Conseil de sécurité des Nations Unies devrait adopter dès le début de la semaine prochaine une résolution, soumise mercredi par les États-Unis, qui (...) Lire la suite
    16 juillet 2015

Moyen-Orient

Choissisez et cliquez: