VIETNAM

  • Perdus en Mer de Chine

    L’homme qui survécut (2).Deuxième chapitre.

    "Il était un petit navire. ..Vous connaissez ?"

    Mai 1988 :"Au vingt-huitième jour, ils ont mangé un homme..." Les rescapés ont raconté la dérive de leur jonque en Mer de CHine,sans moteur,sans boussole, sans eau et sans nourriture. De grands cargos d’acier passent derrière les vagues, un croiseur de la Navy américaine ne fait pas son devoir, la terre se cache et l’océan est de pierre. Pour vivre, il faut tuer. Lequel ?

    "Il était un petit navire. ..Vous connaissez ?" Les souvenirs et les odeurs se mélangeaient. Le drapeau rouge flottait sur Saïgon devenue Ho Chi (...) Lire la suite
    février 1991
  • Dans le triangle du Nord

    Voyage au Vietnam

    —Hanoï. Vision de nuit . — Le Vietnam est un rêve éveillé, un cauchemar volupteux, une vision tropicale obscure et flamboyante où se mêle l’horrible (...) Lire la suite
    21 décembre 1995
  • Femmes du Vietnam

    Dessins, croquis, peintures...

    l’amour fou d’un artiste pour son enfance en Asie

    Il avait trois ans en 1960 et il vivait à Saigon. En 1963, le fils de diplomate quitte le pays après l’assassinat d’un président. Adolescent, il découvre à la télévision un pays qu’il ne connaît pas, celui de la guerre, des Américains et des prostituées dans les rues. Il lui faudra attendre d’avoir 34 ans pour revenir pour vers son amour d’enfance. Il retrouve un peu de la famille de son père dans la banlieue de Saigon, cette vie bouillonnante dans la rue, sans volets clos, les vendeurs, les enfants, les vieillards, les femmes, tous mêlés, dans la chaleur des autres. Depuis Marcelino Truong se laisse happer par cette ville, ce pays. Il dessine et peint hors des clichés exotiques de la vieille Indochine coloniale, il nous montre ceux qu’il aime, peuple vivant mais pudique, prude parfois, dans un monde des sentiments codé. Il peint et dessine ces visages d’icône, le culte de la maternité, le bonheur des enfants, la sensualité de la rue, le luxe de la végétation, la caresse lourde de la pluie, une chambre presque nue, une femme endormie, la vitalité du dehors et l’intimité du dedans. Croquis, dessins ou peintures…avec lui, on ne regarde pas seulement le Vietnam, pays magique, on le vit.

    Il avait trois ans en 1960 et il vivait à Saigon. En 1963, le fils de diplomate quitte le pays après l’assassinat d’un président. Adolescent, il (...) Lire la suite

  • Naufragés en Mer de Chine

    Au 28ème jour, ils ont mangé un homme

    C’était au 28ème jour du voyage, la jonque dérivait, moteur cassé, au milieu de la mer de Chine, l’eau montait à l’intérieur de l’embarcation et plus personne n’avait la force d’écoper. Une cinquantaine de réfugiés, la moitié des passagers, étaient déjà morts de faim et de soif, et on avait jeté leurs corps à la mer. C’était au 28ème jour, une dizaine de jours après que la route des Boat-people ait croisé celle d’un grand navire américain, l’USS Dubuque et que son capitaine ait refusé de prendre à son bord les survivants, hommes, femmes et enfants. Ce jour-là, juste avant le coucher du soleil, trois hommes parmi les plus forts se sont approchés de Dao Cu Cuong, 31 ans, et ils ont dit qu’ils avaient besoin de lui pour se nourrir, trouver la force d’écoper, pour survivre.

    A côté de Cuong, Haï son meilleur ami s’est interposé : "Je leur ai dit qu’on ne pouvait pas tuer un homme et le manger. Je leur ai dit que Cuong était (...) Lire la suite
    1988
  • "Vietnam : images inconnues".

    Après avoir passé deux ans à couvrir la guerre au Sud-Vietnam, Marie-Laure de Decker lit "Dispatches" de Michael Herr (en français "Putain de (...) Lire la suite
    1972
  • Viêtnam, la trahison des médias

    Le reporter est-il un traître ?

    Docunmentaire Canal Plus

    Viêtnam, janvier 1968. En sept ans, la présence militaire américaine est passée de quelques centaines de conseillers militaires à un contingent de 500 000 hommes. Fin janvier 1968, période de trêve et de fête du nouvel an lunaire (le Têt), les forces nord-vietnamiennes encerclent la base américaine de Khe Sanh et déclenchent une guérilla urbaine de grande échelle dans le Sud du pays. L’état-major américain croit alors tenir l’affrontement frontal tant attendu. Jusqu’alors, les bombardements massifs du Nord avaient exténué l’ennemi sans le vaincre. Les combats dans Saigon donnent aussi aux nombreux journalistes américains présents sur place l’occasion d’abreuver l’Amérique profonde d’images des soldats en action, lesquelles produiront l’effet inverse de celui escompté. L’influence, sur l’issue d’un conflit, de son traitement médiatique à travers l’exemple vietnamien de l’offensive du Têt, première guerre mise en images.

    Jusqu’à quel point des images peuvent-elles peser sur le sort d’une bataille ? La question s’est posée dès l’offensive du Têt au Vietnam. Elle continue (...) Lire la suite

  • Au pays des âmes hurlantes.

    Portrait de l’écrivain Báo Ninh, par Jean-Paul Mari.

    "Le chagrin de la guerre"

    Portrait de l’écrivain Báo Ninh, par Jean-Paul Mari.

    Le livre de Báo Ninh n’est pas un ouvrage sur la guerre, il est la guerre. C’est un pays, un monde, une dimension de l’homme. La guerre a un pays qui porte le nom de « Terre des âmes hurlantes » ; où les morts parfois se rassemblent pour des cérémonies de l’enfer comme pour la revue des troupes.

    On peut entendre leurs voix dans le murmure des ruisseaux, leurs plaintes étouffées dans la jungle la nuit, les hurlements du vent dans les creux (...) Lire la suite

  • Les soldats perdus

    Fantômes de guerre...

    - Arte Mag. “Les Mercredis de l’histoire” : “Portés disparus”.

    Les prisonniers à jamais disparus sont légion. Une pratique courante tout au long du siècle dernier.

    C’est une gigantesque affaire de prise d’otages. Classique, avec demande de rançon, chantage, négociations, détresse des familles contre nécessités (...) Lire la suite

  • Indochine

    Bonjour, Petit fils d’ancien parachutiste en Indochine, je suis à la recherche d’archives écrites et photographiques en accès gratuit, des grands (...) Lire la suite

  • Vietnam : une si jolie petite guerre

    Dessins de Marcelino Truong

    Dessins de Marcelino Truong

    Marcelino Truong interroge ses souvenirs d’enfance pour brosser un portrait à la fois impressionniste et objectif de la capitale sud-vietnamienne livrée aux prémices d’une guerre qui s’intensifie. Tandis que les gros porteurs US débarquent un armement de plus en plus lourd, les attentats viêt-cong se multiplient.

    L’état d’urgence et la mobilisation générale sont décrétés au Sud. Des coups d’Etat sont ourdis par des généraux félons, qui aboutiront, le 1er novembre 1963, à l’assassinat du président Diem. Vingt et un jours plus tard, c’est Kennedy qui tombe sous les balles de Lee Harvey Oswald.

    Mêlant l’histoire familiale à la grande Histoire, Truong redonne vie à une époque, un lieu et des événements qui ont fait basculer le cours du monde et réussit un roman graphique palpitant, où les causes de la plus grande défaite de l’Amérique sont examinées avec pertinence depuis le camp des vaincus.

    En janvier 1961, John F. Kennedy devient le 35e président des Etats-Unis. Déterminé à endiguer le communisme en Asie, il lance le Projet Beef-Up, (...) Lire la suite
    mai 2013
  • Vietnam : "Ceux d’en face" !

    Extraordinaire exposition des photographes de guerre du Nord-Vietnam

    Une découverte à "Visa"

    « Visa » leur a fait un triomphe. À la fin de la projection, il y a eu un silence respectueux, puis une explosion d’applaudissements. On a fait (...) Lire la suite
    5 septembre 2014

Asie

Choissisez et cliquez: