IRAK

  • Comment ils ont éliminé Zarkaoui.

    Face à la caméra, il décapitait ses otages

    La liquidation du chef terroriste est d’abord le résultat d’une coopération accrue entre Washington et Amman. Un des rares succès pour George Bush qui vient d’effectuer une visite éclair à Bagdad. Mais il ne suffira pas à mettre fin à la violence en Irak

    Ce mardi 6 juin, sur la route de Baqouba, à 8 kilomètres de la ville de Hibhib, quelques cageots de fruits sont posés sur le talus. A l’intérieur, (...) Lire la suite
    15 juin 2006
  • Irak : Le spectre de la guerre civile

    Irak : près de 400 morts, les milices font la loi...

    Le dynamitage de la mosquée de Samarra, lieu saint des chiites, et les représailles sanglantes contre les sunnites ravivent les craintes d’un éclatement du pays. Et soulignent l’impuissance des Américains

    L’Irak s’enfonce dans la régression. Trois ans après une guerre éclair, menée au nom de la démocratie, qui a installé les Américains au cœur de Bagdad, (...) Lire la suite
    2 mars 2006
  • " Saddam Hussein : le procès que vous ne verrez pas".

    L’accusé a été exécuté mais...

    TV : Une enquête de Barry Landon et Michel Despratx ( 43’ )

    Peut-on faire le procès de Saddam Hussein, du régime et de ses crimes, sans parler de la complicité de ses alliés occidentaux, en clair, les (...) Lire la suite
    23 octobre 2004
  • Le dernier fiasco de Didier Julia

    « Il a gêné, j’ai envie de dire, comme d’habitude »

    Alors que tout Paris bruissait des rumeurs de retour de Florence Aubenas, le députéfrançais a tenté - en vain - de faire diffuser un appel en arabe réclamant la... libérationde la journaliste ! Ultime tentative de récupération après une longue série de bévues

    Face à la caméra, Didier Julia peine à lire un texte en arabe littéraire, truffé de fautes de prononciation et parfois inintelligible pour des (...) Lire la suite
    16 juin 2005
  • Carnets de route

    VOYAGE EN IRAK

    Vendredi 14 octobre : "CNN : le retour". Les revoilà, les mêmes images de Gi’is lourdement chargés, le regard déterminé, le fusil d’assaut pointé en (...) Lire la suite

  • Les écrivains irakiens face à l’occupation américaine

    " Regardez, ce sont des barbares !" Ils s’appellent Malik al-Mutalabi, Ahmed Khalaf, Hamid Moktar, Abdelkhalil al-Roukabi : ces écrivains irakiens condamnés au silence, emprisonnés ou exilés sous Saddam Hussein, attendaient tout - et trop - des Américains. Et puis ils ont vu le musée livré aux pillards, la Bibliothèque nationale en flammes, les religieux omniprésents, les libérateurs mués en tortionnaires... Ils confient ici à notre envoyé spécial Jean-Paul Mari leurs derniers espoirs et leur désarroi

    C’est l’histoire d’une rue, ou plutôt de l’intérieur d’une maison qui veut devenir une rue. Un petit matin dans Bagdad désert, elle se décide à sortir, (...) Lire la suite
    27 mai 2004
  • Les carnets de Bagdad

    EDITIONS GRASSET

    " Cette nuit, j’ai fait un rêve éveillé. Il était tard et Bagdad était impeccable de tranquillité. Le Tigre coulait, puissant, sa surface hérissée par une brise qui lui donnait la chair de poule. Puis on a entendu comme un orage en montagne. D’abord des grondements lointains, les premiers éclairs qui s’approchent, venus d’une autre vallée, et le premier coup de tonnerre, énorme, au-dessus du toit. Le bruit a réveillé les systèmes d’alarme des voitures et les chiens ont hurlé à la mort. Haut dans les ténèbres s’est allumé le vol de papillons rouges des obus de 57 mm de la DCA. Sur l’autre rive du Tigre, deux boules de feu, brèves, intenses. Quelqu’un a claqué des portes dans le ciel. Et tout l’horizon s’est éclairé. L’orage, toujours l’orage, une pluie d’éclairs, rythmé par le grondement sourd et répété des bombardiers B-52, comme une lente pulsation, le battement d’un cœur qu’on écoute au stéthoscope. De la mosquée d’à côté est montée la voix du muezzin rendant grâce à Dieu. " Hiver et printemps 2003, Jean-Paul Mari est en Irak. Le jour, il couvre la guerre ; la nuit, il tient son journal."

    Lire les Carnets en direct.

    CARNETS DE BAGDAD PROLOGUE Il fait nuit et tout brille. L’obscurité va bien à Bagdad. C’est l’heure où j’écris mon journal. Dehors, le ciel est noir, (...) Lire la suite
    2004
  • Irak:Quand les soldats meurent

    DIFFUSE SUR ARTE LE 31 MAI 2006

    PRODUIT PAR LA COMPAGNIE & PHARES ET BALISES

    « Irak : Quand les soldats meurent. » Ils nous regardent droit dans les yeux. L’un, derrière ses lunettes d’étudiant, flottant dans un casque trop (...) Lire la suite
    31 mai 2006
  • Lettre à sa fille.

    Pour Patrick Bourrat, TF1

    Patrick Bourrat, grand reporter à TF1, est mort accidentellement au Koweït, écrasé par un char, lors de manoeuvres de l’armée américaine, en décembre 2002. Avant l’invasion en Irak.

    Ce n’est pas facile de parler à une jeune fille qui découvre son ciel coupé en deux. La mort d’un être aimé, le deuil, les ruptures et les grandes (...) Lire la suite
    décembre 2002
  • Toute une montagne qui gémit...

    De notre envoyé spécial à la frontière irakienne, Jean-Paul Mari

    A 1 800 mètres d’altitude, des milliers de réfugiés épuisés, mourants de froid et de faim, sans aide, sans eau, et que l’armée turque contient à coups de bâton et de fusil

    Cette nuit, la montagne fume. Des centaines de feux de bois vert et humide crachent une fumée sale qui stagne, pique les yeux et la gorge, vous (...) Lire la suite
    11 avril 1991
  • Kurdes : Retour au pays de la peur.

    Une opération « Nouvel Obs » - « La Marche du Siècle »

    Amnesty International a trente ans : 30 années au service des droits de l’homme. Jusqu’où peut aller le « droit d’ingérence » ? En liaison avec l’équipe de Jean-Marie Cavada, Jean-Paul Mari a enquêté au Kurdistan, où les réfugiés qui avaient fui Saddam reviennent sous la protection des soldats occidentaux

    Où sommes-nous ? Quel est ce pays qui s’ouvre si facilement ? Derrière nous, le terrain est connu, balisé par un poste frontière, une borne, un (...) Lire la suite
    30 mai 1991
  • 1. Les mots magiques de Sumer

    Série de l’été /Des tablettes datées de 3300 av. J.-C.

    Et l’homme inventa l’écriture

    En Mésopotamie est née l’écriture cunéiforme, la plus ancienne connue à ce jour. Créée pour le commerce, elle est vitedevenue une activité mystérieuse et sacrée qui ordonne le monde et met les hommes en communication avec les dieux

    Ce soir-là, fort heureusement, Grotefend était ivre. Dans cet obscur appartement allemand de Göttingen, une nuit de 1802, Georg Friedrich Grotefend (...) Lire la suite
    19 juillet 2001
  • Kirkouk : Main basse sur l’or noir

    Irak

    Revendiquée par les Kurdes, les Arabes et les Turkmènes, Kirkouk menace de se transformer en champ de bataille. Chaque clan cherche à s’emparer du pactole pétrolier et les fondamentalistes jettent de l’huile sur le feu.

    Balayé par un vent de poussière venu du désert, le camp de Baba Gourgour ressemble à une oasis de tranquillité perdue dans une mer de désolation. Pour (...) Lire la suite
    23 décembre 2004
  • L’exception kurde

    Irak

    A la veille des élections du 30 janvier, et alors que le triangle sunnite est à feu et à sang, le Kurdistan jouit d’une réelle prospérité et d’une paix relative. Reportage.

    Quand la voiture bringuebalante dépasse la chicane du point de contrôle, sur la route de Chamchamal, c’est un autre monde qui surgit brusquement, (...) Lire la suite
    27 janvier 2005
  • « Fuck the Pool ! »

    Désinformation, manipulation, censure... Pendant la guerre du Golfe, déjà !

    Comment des reporters ont du se déguiser en Gi’s pour couvrir la guerre dans le désert Koweitien

    Pour échapper à la censure militaire américaine, en 1991, un groupe de reporters avait choisi de ne plus respecter les règles. Quitte à se déguiser en soldats américains pour arpenter le champ de bataille. Jean-Paul Mari était l’un d’eux.Il raconte

    Il avait un grand sourire lumineux, demandait votre nom, vous appelait par votre prénom – « Hello Jean ! Welcome in Dharan, Saoudia ! » – et (...) Lire la suite
    13 février 2003
  • Saddam Hussein : Un procès sans conviction

    Irak- Saddam Hussein - procès

    Son père a érigé la brutalité en religion d’Etat. Elle a essayé de le fuir à l’étranger avec l’homme qu’elle aimait. Il les a retrouvés, leur a accordé son (...) Lire la suite
    20 octobre 2005
  • La stratégie de la torture

    Abou Ghraib- Américains

    Walid Sobhi, 48 ans, mécanicien, six mois à Abou Ghraib « Les femmes aussi torturaient » Il n’aurait pas dû vivre près de cette caserne irakienne (...) Lire la suite
    13 avril 2004
  • Irak, la sale guerre

    A Bagdad, pendant la guerre d’Irak

    Bavures ou pratiques ordinaires ? Après la diffusion par la chaîne de télévision CBS des photos de prisonniers irakiens nus, encagoulés, entravés, humiliés sous le regard goguenard de soldats et soldates de l’US Army, dans la prison d’Abou Ghraib, les révélations de Seymour Hersh publiées dans le « New Yorker » accablent l’armée américaine.

    Selon un rapport interne de 53 pages rédigé par le général Antonio Taguba, « des actes criminels, sadiques, honteux, gratuits » ont été commis entre (...) Lire la suite
    6 mai 2004
  • 3. Dans la forteresse assiégée

    A Bagdad pendant la guerre d’Irak

    Cette nuit, j’ai fait un rêve éveillé. Il était tard et Bagdad était impeccable de tranquillité. Le ciel brillait, reflétant des nuées de lampadaires et (...) Lire la suite
    3 mars 2003
  • 2. Comment Bagdad se prépare à l’assaut

    A Bagdad, pendant la guerre d’Irak

    La nuit a été dure. D’abord, les sirènes qui annoncent le danger imminent. Puis le silence. Quelques tirs de DCA, obus-papillons rouges qui (...) Lire la suite
    27 mars 2003
  • « Qu’ils bombardent, qu’on en finisse ! »

    A Bagdad, pendant la guerre d’Irak

    Voilà, tout est en place. Il manquait une couche sur les fortins de sable aux carrefours et devant les bâtiments officiels, c’est fait. Quatre (...) Lire la suite
    20 mars 2003
  • Bagdad : en attendant l’apocalypse

    A Bagdad, pendant la guerre d’Irak

    C’est un jeune homme au visage de vieillard qui marche, du matin au soir, dans sa chambre, dans le couloir ou dans le jardin. Le teint pâle comme (...) Lire la suite
    13 mars 2003
  • « Bombarder l’Irak, c’est fusiller un pendu »

    Entretien avec Pascal Boniface, directeur de l’Iris

    Le Nouvel Observateur. - Quelle est la réalité de la menace irakienne et de son arsenalnucléaire, balistique, chimique et biologique ? Pascal (...) Lire la suite
    24 décembre 1998
  • Irak : dans le couloir de la guerre

    A Bagdad, pendant la guerre d’Irak

    Comme le vent, « ils » viendront du sud

    Sur la frontière du sud, pratiquement désarmée, dans Bagdad qui fait le gros dos, Jean-Paul Mari a vu les Irakiens se préparer à « l’inévitable ». Avec une seule obsession : repousser la guerre de quelques jours, d’une semaine, de quelques mois, qui sait ?

    Ils viendront par là. Du côté d’où souffle le vent aujourd’hui. Un vent jaune, soutenu et puissant, qui courbe les palmiers dattiers et tord les plis (...) Lire la suite
    27 janvier 2003
  • Operation Aube Rouge

    Commet Saddam Hussein a ete capture

    Crimes et le chatiment

    Il a rempli les prisons et les charniers de son pays, précipité les Irakiens dans la guerre et donné des cauchemars à l’Amérique. Jean-Paul Mari raconte comment celui qui était devenu le maître absolu de l’Irak a fini par tomber aux mains des soldats de la coalition. Portrait d’un dictateur impitoyable qui fut aussi - jusqu’à l’aveuglement - un prince de l’erreur

    Raté ! Ils l’ont encore raté. Le colonel James Hickey enrage. Il est déjà 8 heures du soir ce samedi 13 décembre et l’opération Aube rouge s’annonce (...) Lire la suite
    18 décembre 2003
  • Embargo sur l’Irak

    A quoi sert l’embargo ? C’est la question que l’on se pose dés son arrivée en terre irakienne, après avoir traversé six cents kilomètres de désert sur (...) Lire la suite
    novembre 1998
  • Les nuits de Sadr City

    A Bagdad pendant la guerre d’Irak- L’incendie chiite

    Refuge des chiites du Sud chassés par la pauvreté, cette ville qui fut le cauchemar de Saddam Hussein est aujourd’hui l’un des bastions de Moqtada al-Sadr. Notre envoyé spécial Jean-Paul Mari y a mesuré la colère, la peur et les rêves messianiques des habitants

    Cette nuit, Sadr City retient son souffle. Un peu plus encore que les nuits précédentes. Peut-être à cause de cette tempête de poussière qui occupe (...) Lire la suite
    20 mai 2004
  • La bataille de Bagdad

    A Bagdad, pendant la guerre d’Irak

    Ils arrivent. Ils sont là. De l’autre côté du Tigre, sur la rive Ouest, à quatre cents mètres d’ici. Tout à l’heure, dans la nuit encore noire, un feu (...) Lire la suite
    8 avril 2003
  • La prise de Bagdad

    A Bagdad, pendant la guerre d’Irak

    Hôtel Palestine et la progression des Marines de Koweit à Bagdad

    Hôtel Palestine Il a le ventre grand ouvert, du sternum au pubis. Chambre 1503 de l’hôtel Palestine, ce mardi huit avril un peu avant dix heures, (...) Lire la suite
    17 avril 2004
  • Dans les prisons de Saddam

    A Bagdad, pendant la guerre d’Irak

    Cachots, centres d’interrogatoire, tortures, disparitions, charniers...Plongée dans cauchemar des geoles de la police secrète de l’ex-dictateur.

    Il fait un noir d’encre. J’avance à la lampe de poche en grimpant les marches d’un étrange escalier, trop étroit. En bas, au rez de chaussée, l’entrée (...) Lire la suite
    24 avril 2003
  • Le mensonge de Colin Powell

    Affaire de l’hôtel Palestine à Bagdad

    « L’usage de la force était justifié. » Voilà ce que vient d’écrire le secrétaire d’Etat américain Colin Powell. Il répondait à la requête du ministère (...) Lire la suite

  • La machine infernale d’Al-Qaida

    Irak

    La ville de Mossoul est tombée aux mains des Djihadistes

    Alors que le chaos grandit en Irak, l’historien arabisant explique que, là comme ailleurs, les principales victimes d’Al-Qaida sont avant tout les musulmans par Jean-Pierre Filiu

    « « Djihad global Littéralement le djihad signifie : « effort déterminé en vue d’un but ». Le Prophète lui-même fait la distinction entre le « grand (...) Lire la suite
    4 janvier 2007
  • Irak : Agonie d’une nation

    Au matin, sur le trottoir, on bute sur des dizaines de corps torturés, menottes de police aux poignets.

    L’Irak est un trou noir, une terra Incognita de l’information. Les massacreurs voulaient rester entre eux, ils ont enlevé les reporters et monnayé (...) Lire la suite
    février 2007
  • En attendant la guerre

    Guerre du golfe

    Une semaine en Arabie Saoudite

    JEUDI Deux heures du matin, dans une chambre d’hôtel anonyme : "un commercant koweitien parle de son pays perdu". Il se masse les orteils en (...) Lire la suite
    février 1991
  • Témoignage sur une guerre propre

    Guerre du Golfe - Edito

    Pour les vaincus, ce fut l’enfer

    Moins de cent cinquante morts dans les rangs des coalisés : divine surprise. Mais en face ? Retour d’Arabie saoudite et du Koweït, notre envoyé spécial se souvient des vraies couleurs de la guerre, celles de l’apocalypse

    Je me rappelle les bombardements massifs sur les lignes irakiennes au Koweït, ces longues nuits de veille assis sur le sable du désert d’Arabie, à (...) Lire la suite
    14 mars 1991
  • "Pas les gaz !"

    Guerre du Golfe

    De notre envoyé spécial en Arabie saoudite

    « Suffocants », « vésicants », « hémotoxiques », « neurotoxiques », tous sont incolores, inodores, et tous apportent la mort. L’arme chimique est la seule (...) Lire la suite
    1991
  • Les fantômes de Khafdji

    Guerre du Golfe

    De notre envoyé spécial à Dhahran, Jean-Paul Mari

    Dans la petite cité saoudienne située à la frontière du Koweït et vidée de ses habitants, on entend deux cents fois par jour le grondement des B52 qui pilonnent les troupes d’élite de Saddam Hussein

    Le vieillard est assis à même le macadam troué de la station-service. Depuis combien de temps est-il là, posé comme un Bédouin sous sa tente, les (...) Lire la suite
    31 janvier 1991
  • "S’ils m’avaient trouvée...

    Guerre du Golfe- L’autoroute de l’enfer

    De notre envoyé spécial au Koweït, Jean-Paul Mari

    L’horreur, sur l’autoroute, d’une colonne de mille véhicules foudroyés dans leur fuite vers l’Irak. Et l’horreur, à Koweït-City, des récits que font les survivants de sept mois d’occupation

    Mercredi, midi, sur l’autoroute, à trente-cinq kilomètres au nord de Koweït-City : la vallée des morts. L’un a la tête appuyée sur l’épaule du (...) Lire la suite
    6 mars 1991
  • Les enterrés de Minh el Ahmadi

    Gurre du Golfe- Bataille dans le désert

    De notre envoyé spécial en Arabie saoudite,

    C’était une petite station balnéaire aux maisons blanches, sur la route qui mène à Koweït-City. Pour venir à bout des Irakiens qui s’y cachaient, les troupes saoudiennes ont mis le paquet...

    A genoux dans le sable du désert du Koweït, en pleine bataille, les trois soldats américains ont un étrange fou rire. Ils se roulent sur le sol, se (...) Lire la suite
    28 février 1991
  • Cette putain de peur...

    Guerre du Golfe- La harangue d’un officier américain

    dans le désert d’Arabie Saoudite

    Quand le lieutenant-colonel Gregory Fontenot parle à ses hommes avant le combat, ce n’est pas comme à West Point, c’est plutôt comme dans un film de série B. Et c’est pas mal

    Ce jour-là, dans la première division d’infanterie américaine, le lieutenant-colonel Gregory Fontenot avait réuni 150 hommes pour leur parler de ce (...) Lire la suite
    21 janvier 1991
  • Le pilote priait à voix haute

    Guerre golfe : bataille en plein ciel

    De notre envoyé spécial à Dahran, Jean-Paul Mari

    « Là-haut, dit l’un de ceux qui décollent jour et nuit de la grande base américano-saoudienne pour bombarder l’Irak, la première erreur de votre vie est souvent aussi la dernière »

    Ils ont les yeux bleus, injectés de sang et brillants d’excitation, poussent des rugissements de plaisir et parlent d’« arbres de Noël », de « dômes (...) Lire la suite
    24 janvier 1991
  • « Une certaine quantité de terreur »

    De notre envoyé spécial en Arabie Saoudite, Jean-Paul Mari

    La bataille au sol peut commencer d’un jour à l’autre. Avec les nouvelles armes qui sont rassemblées dans le Golfe, la guerre des sables sera encore plus terrible et meurtrière que celles qui l’ont précédée

    Quand le premier obus tombera au premier jour de l’offensive, celui qui l’entendra siffler sera terrorisé mais vivant. La balistique a ses règles : (...) Lire la suite
    14 février 1991
  • Emission "Reporters" : Bagdad, Irak / Les diamants du sang, Sierra leone.

    Vidéo : Deux reportages à haut risque

    Le reportage par ceux qui l’ont vécu

    "Zone verte" à Bagdad. Michel Peyrard revient d`Irak avec des images à haut risque, tournées au cœur de Bagdad. "Les diamants du sang". Patrick Robert, photographe, nous montre la rébellion, les massacres, les enfants-soldats de Sierra Leone. "Reporters", l’émission du reportage sur Canal Obs.

    Voir l’émission complète sur Canal Obs Lire la suite
    22 février 2007
  • Le déchirement des chiites

    Ils représentent plus de la moitié de la population irakienne

    Les chiites d’Irak ont payé un lourd tribut à la dictature de Saddam. Ce qui ne les a pas empêchés de se battre contre leurs frères d’Iran. Que feront-ils lorsqu’il leur faudra choisir entre le régime de Bagdad et cette armée d’infidèles prêts à fouler le sol de leur patrie ?

    C’est un éblouissement. Tout brille, l’or pur du tombeau, l’argent massif des grilles, la verrerie des lustres et les murs recouverts d’éclats de (...) Lire la suite
    2003
  • Syrie-Irak : l’Etat islamique peut-il être vaincu ?

    Moyen-Orient – Analyse : une radiographie de la guerre contre Daesch.

    "Chroniques du monde" de René Backmann

    Fort de ses moyens militaires et financiers impressionnants et d’une implantation territoriale en progression, le califat d’Abou Bakr al-Baghdadi exploite les hésitations et les contradictions de la coalition internationale anti-terroriste pour imposer son « ordre islamique » barbare et affirmer sa puissance militaire. Au point de menacer Damas ?

    Comment contenir – voire faire reculer – l’État islamique ? Alors que le califat d’Abou Bakr al-Baghdadi poursuit son expansion en Syrie comme en (...) Lire la suite
    15 juin 2015
  • De Koweit à Bagdad

    "Ils tirent sur tout ce qui bouge !"

    Avec les Marines pendant la guerre d’Irak

    Au premier jour de l’offensive américano-britannique contre le régime de Saddam Hussein, le 21 mars 2003, Christophe Calais est entré en Irak depuis le Koweit avec quelques journalistes qui n’étaient pas "embedded." Ce petit groupe a notamment suivi la 3ème unité du 4ème bataillon de US Marines qui a été la première unité américaine à pénétrer dans Bagdad...

    Au premier jour de l’offensive américano-britannique contre le régime de Saddam Hussein, le 21 mars 2003, Christophe Calais est entré en Irak depuis (...) Lire la suite
    mars 2003
  • la vieille dame de Bagdad

    Suzanne, 80 ans, française en Irak

    Elle a rencontré Ismail, son mari, au bal de l’hôtel Lutétia. Il était jeune, beau, irakien et peintre. Elle avait dix-huit ans et rêvait d’Arabie. Ils se sont aimés pendant cinquante ans.

    La parisienne, née rue Saint Denis, a grandi à l’école de la rue Dussoubs qui enseignait aux filles les maths, le civisme et la couture. Après (...) Lire la suite
    2003
  • Gi’s : Les morts de l’intérieur

    Irak : 8 ans de guerre, 4 489 soldats américains tués, 36 000 blessés ...25 suicides par jour.

    Irak : un soldat américain sur trois en revient brisé

    Matt, Patrick et les autres ne sont pas des blessés comme les autres. Comme un tiers des vétérans d’Irak, ils souffrent d’un mal terrible mais invisible : la névrose traumatique de guerre. Jusqu’à la folie, jusqu’au suicide. Reportage, aux Etats-Unis, de Jean-Paul Mari

    Morts et blessés bilan de la guerre est, du 20 mars 2003 au 18 décembre 2011 date officielle de retrait du dernier soldat américain : 4 489 soldats (...) Lire la suite
    juin 2007
  • Mur de feu sur Fao

    La plus grande bataille de la guerre Iran-Irak

    article en pdf

    29 avril 1988
  • Un « havre de paix » en Irak

    Kurdistan

    L’enclave kurde du nord de l’Irak connaît une prospérité enviée et une démocratie tribale. Seul souci : la Turquie voisine, qui redoute l’indépendance kurde.

    Un préfabriqué blanc sur la colline tient lieu de frontière. Dans la tranchée, les pieds dans la gadoue, entouré de quelques miliciens kurdes, le (...) Lire la suite
    18 octobre 2007
  • La bataille de l’or noir

    Irak

    Ville du Nord située au coeur d’une région pétrolière, Kirkouk est l’enjeu d’une sanglante épreuve de force entre Kurdes et Arabes sunnites et chiites

    L’instit aux lunettes dorées n’a plus le coeur à l’ouvrage. Les yeux hagards, les mains tremblantes, Dunak S. craint davantage pour ses élèves que (...) Lire la suite
    2008
  • Journaliste du Monde agressée en Irak

    Une journaliste du Monde grièvement blessée au Kurdistan irakien Cécile Hennion, journaliste au Monde, a été agressée et grièvement blessée aux mains (...) Lire la suite

  • « IRAK 2003-2008 : Les armées du chaos »

    par le Lieutenant- Colonel Michel Goya.

    « IRAK 2003-2008 : Les armées du chaos » par le Lieutenant- Colonel Michel Goya.

    Le 1er mai 2003, sur le pont du porte- avions Abraham Lincoln et sur fond de bannière « Mission accomplie », le Président Bush annonçait la fin des (...) Lire la suite

  • « Al-Qaida est à bout de souffle... »

    "Loin d’être une phalange pionnière, Al-Qaida n’aura mené qu’un combat d’arrière-garde..."

    Un entretien avec Jean-Pierre Filiu

    La vie d’Al-Qaida, son apparition au grand jour sur la scène mondiale, commence le 11 septembre 2009 avec l’attentat du World Trade Center. Al-Qaida, perçu comme « chef d’orchestre planétaire », revendique alors la toute-puissance. Aujourd’hui, huit ans après, où en est l’organisation d’Oussama Ben Laden ?

    Jean-Pierre Filiu : Al-Qaida est à bout de souffle. Ce 11 septembre a été son apogée, mais aussi le début de son déclin. Malgré ce coup d’éclat à (...) Lire la suite

  • Dossier : Les fous de Bagdad.

    Irak : Laissés à l’abandon, déjà traumatisés, menacés par la guerre...

    Le seul asile de fous de la capitale survit au milieu des combats

    BAGDAD, 7 oct 2008 (AFP) - Sur le chemin de béton principal qui court le long des petits pavillons à un étage d’Al-Rashad, le seul asile de fous (...) Lire la suite

  • Irak : l’affaire Warner

    "accusé du meurtre d’Ali Mansour, dont le corps nu, brûlé et criblé de deux balles, a été retrouvé le 17 mai baignant dans son sang..."

    Il est 19h30 devant la cour militaire d’un camp américain au nord de Bagdad quand le sergent Warner baisse les yeux, comme s’il venait de réaliser que les témoignages de ses camarades sur la mort en mai d’un Irakien pourraient bien l’envoyer en cour martiale.

    Sale journée pour le sergent Warner, accusé du meurtre d’un Irakien Par Emmanuel Duparcq, envoyé spécial de l’Agence France Presse. Crédit Photo (...) Lire la suite

  • Trop chaud à Bassora

    Les Slams de Carole

    Iraq, avril mai 2003 Il faisait beaucoup trop chaud en mai à Bassora ; L’eau manquait, dans la ville sévissait le choléra ; Les nuits, le (...) Lire la suite

  • Irak : De bons petits soldats...

    Pendant un an, de 2007 à 2008, David Finkel a vécu parmi eux.

    Sélectionné par la presse américaine parmi les dix meilleurs essais de l’année, De bon petits soldats est appelé à devenir le livre de référence sur la guerre en Irak.

    Un paysage désolé de détritus fumants et d’égouts à ciel ouvert, des carcasses de buffles dans lesquelles sont parfois dissimulées des bombes, des ruines d’immeubles que contrôlent les militants du mollah radical Muqtada al-Sadr… C’est au cœur de cet enfer pestilentiel et surchauffé que les hommes du lieutenant-colonel Kauzlarich essayent de créer une zone sécurisée, derrière les murs de leurs camp de base, luttant contre les explosions qui menacent chaque jour leur vie.

    Une fois à l’extérieur, lors des patrouilles, ils voient la mort de si près qu’ils ne savent plus comment continuer à vivre…

    Pendant un an, de 2007 à 2008, David Finkel a vécu parmi eux. Il nous raconte leur combat. Impressionnant, extraordinairement juste, émouvant et terriblement réaliste, ce livre est dur, graphique dans toutes ses descriptions, grossier dans son langage - celui employé par de jeunes soldats.

    Cette dureté, cette violence des armes, ce vocabulaire de chambrée font aussi sa force et sa sincérité, sa vérité nue. Écrit sans pathos, c’est le récit clinique de cette routine de l’horreur dans laquelle sont plongés des jeunes gens, entrés dans une machine infernale. Sans repères, ils semblent souvent aussi perdus que le président Bush, qui égrène des contre-vérités à chaque en-tête de chapitre.

    Le lieutenant-colonel Kauzlarich pourrait être un magnifique personnage de roman. Optimiste dans l’erreur, dans l’abnégation et dans l’engagement, dans la peur et dans l’action, c’est un héros extrêmement humain et attachant.

    Editions Robert Laffont « De bons petits soldats sera peut-être pour l’Irak ce que Putain de mort restera pour le Vietnam. » Olivier Todd « J’ai (...) Lire la suite

  • A la poursuite des médicaments de la mort.

    Faux médicaments, anticancéreux, anticoagulants... une question de vie ou de mort.

    Un spécialiste de la sécurité traque les faux anticancéreux qui inondent le Proche-Orient. Il a réussi à démanteler l’un de ces réseaux qui assassinent des milliers de malades. Récit.

    Adel le Palestinien ne comprend pas. Sa soeur est morte et il ne sait pas pourquoi. Son cancer du sein avait été détecté très tôt. Les médecins (...) Lire la suite

  • Don’t take my picture !

    Le livre-photo choc de Patrick Baz sur l’Irak en guerre

    Ne prenez pas ma photo...les Irakiens ne pleurent pas.

    « Une avenue déserte, des réverbères, les branches des arbres qui dansent dans le vent poussiéreux du désert. La patrouille disparaît dans cette valse obscure. Je n’ai plus de repères. Il n’y a plus de lieu, plus de temps. Je pourrais être n’importe où. Je pourrais être ailleurs. »

    Depuis près de trente ans, Patrick Baz, photojournaliste à l’AFP, couvre les conflits qui secouent la planète, notamment au Moyen-Orient et surtout en Irak depuis 1998. Dans « Don’t take my picture. Iraqis don’t cry », il nous fait vivre, à travers son objectif, des instants saisissants de la guerre en Irak entre 2003 et 2008.

    « Une avenue déserte, des réverbères, les branches des arbres qui dansent dans le vent poussiéreux du désert. La patrouille disparaît dans cette valse (...) Lire la suite

  • IN IRAQ

    A partir du 27 octobre prochain

    Une exposition du photographe Laurent Van Der Stockt

    Exposition du photographe Laurent Van Der Stockt.

    Du 27 octobre au 27 novembre 2010. LE PETIT ENDROIT 14 rue Portefoin - 75003- Paris

    « Les photos ont été faites en Iraq, entre 2003 et 2005, depuis le début de l’intervention de l’armée américaine – alors que l’Iraq est soupçonnée de détentions d’armes de destruction massive - jusqu’après l’opération « Phantom Fury » qui écrase Fallujah, le bastion Sunnite.

    Quelques séries d’images.

    Dans différentes circonstances, différentes situations, durant cette période de chaos. Dans ou hors la confusion.

    Des évènements capturés, révélés par des clichés disposés face à face et côte à côte, pour se mesurer et se perturber l’un - l’autre.

    L’histoire n’est pas expliquée, les images ne sont que le reflet des facettes multiples du conflit, mon regard n’est que celui du spectateur. »

    « Les photos ont été faites en Iraq, entre 2003 et 2005, depuis le début de l’intervention de l’armée américaine – alors que l’Iraq est soupçonnée de (...) Lire la suite

  • Ces chrétiens qu’on persécute

    En France : les atteintes aux sites chrétiens ont augmenté de 245% entre 2008 et 2016.

    « Saleté de croix ! Chrétiens mécréants ! Croisés ! »

    Irak, Égypte, Israël, Turquie, Algérie, Arabie Saoudite, Pakistan, Afghanistan...20 millions de chrétiens vivent dans ces pays d’Asie ou d’Orient. Humiliés, harcelés, parfois massacrés, presque toujours poussés à l’exil, les chrétiens vont-ils, sous la pression des fondamentalismes musulmans, disparaître en terre d’islam ? Jean-Paul Mari a enquêté sur cette nouvelle flambée de christianophobie

    Imaginez une terre où un homme n’aurait pas le droit de prier son Dieu ni de transporter sur lui des textes religieux, où ses voisins d’immeuble (...) Lire la suite
    5 janvier 2011
  • Que faire face aux éxécutions d’otages ?

    Après l’assassinat du français Hervé Gourde, des journalistes James Foley et Steven Sotloff, de l’humanitaire David Haines, égorgés en Syrie par l’Etat islamique

    Ne pas être dupe, ne pas avoir peur, ne plus rester passifs.

    Que faire face à cette horreur ? À chaque fois, le problème se pose dans les mêmes termes. Aujourd’hui, nous sommes confrontés au sauvage assassinat (...) Lire la suite
    20 août 2014
  • Pourquoi je ne suis pas d’accord avec le choix du public au prix Bayeux des correspondants de guerre

    Après les décapitations exhibées en Syrie.

    "Le parti pris est de nous mettre « sur les genoux du bourreau », pendant qu’il affute sa lame..."

    Ce que dit le photographe Ammar Abd Rabbo est un combat essentiel pour nous, reporters, et pour le public. Lire : (...) Lire la suite
    14 octobre 2014
  • Wadha et Ibrahim Abdhalla : affreux, sales et marrants

    Un des reportages qui a valu le Prix Albert Londres à Luc Mathieu

    Irak/ Syrie : Ils ont fui l’Etat islamique en triporteur. Et en rient encore...

    Avec ses nombreux enfants, ce couple irakien, débrouillard et joyeux, a fui l’Etat islamique en triporteur afin de se réfugier au Kurdistan syrien.

    Que reste-t-il, sinon l’humour, lorsque l’on a tout perdu ? Wadha Abdhalla a 41 ans, mesure un bon 1,70 mètre et fume cigarette sur cigarette. Si (...) Lire la suite
    11 juin 2015
  • Être chrétien à Bagdad.

    Entre la mort et l’exil.

    « Nous, chrétiens, ne pouvons plus vivre ici. »

    La progression de l’Etat islamique menace la communauté chrétienne d’Irak, l’une des plus importantes et des plus anciennes du Moyen-Orient, déjà divisée de moitié en dix ans.

    L’affiche aux couleurs kitsch est accrochée à l’entrée de la salle des fêtes de l’église Saint-Georges, dans le centre de Bagdad. On y voit un cavalier (...) Lire la suite
    24 mars 2015
  • Trauma : la vie après

    730 000 vues sur Ted Com (18 traductions)

    Après les attentats à Paris.Beaucoup de victimes et de témoins sont dans un état de choc Qu’est-ce que le trauma psychique ? Qu’appelle t-on le PTSD ? Que faire ? De quoi s’agit-il et comment s’en sort-on ?

    Parmi les militaires américains engagés au Vietnam, il y a eu 2 fois plus de morts après la guerre qu’au combat. Pourquoi ? Qu’est-ce qui se passe ? Qu’appelle t-on le trouble de stress post-traumatique ? De quoi s’agit-il et comment s’en sort-on ? Jean-Paul Mari nous parle de ce sujet qui reste encore assez tabou à travers son expérience personnelle et professionnelle de Grand Reporter sur la plupart des terrains de conflits de ces dernières années.

    VOIR la vidéo enregistrée lors de la présentation au TEDx de Cannes This talk was given at a TEDx event using the TED conference format but (...) Lire la suite
    18 mai 2015
  • Palmarès du Prix Albert Londres 2015

    Luc Mathieu de Libération et Cécile Allegra-Delphine Deloget pour l’image.

    Les deux lauréats étaient déjà publiés sur notre site grands-reporters.com.Magnifique édition 2015 à Bruxelles.

    Réuni à Bruxelles, le jury du Prix Albert Londres a décerné le prix de l’écrit à Luc Mathieu, grand-reporter au journal Libération pour ses reportages (...) Lire la suite
    30 mai 2015
  • Stop-Djihad

    Saliha,belge, mère de Sabri, parti faire le djihad en Syrie. Mort à 19 ans.

    Un des clips de la campagne du gouvernement pour "Agir contre le terrorisme".

    VOIR LA VIDEO Libération (7 octobre 2015) Le ministère de l’Intérieur et le Secrétariat d Lire la suite

  • A Qaraqosh, la fin d’un long chemin de croix

    Irak : une ville chrétienne libérée de l’Etat Islamique

    « Attention, tous les chrétiens, vous devez soit vous convertir à l’islam. Sinon, nous vous tuerons. »

    Etape obligée avant la grande offensive sur Mossoul, cette ville chrétienne aux mains de l’Etat islamique depuis août 2014 est en passe d’être libérée par l’armée irakienne. Si les églises sont toujours debout, les séquelles de l’occupation sont omniprésentes.

    La croix dorée gît sur le dôme de l’église de la Vierge Marie. Le clocher a été dynamité. L’intérieur de l’édifice incendié, des slogans et des drapeaux de (...) Lire la suite
    23 octobre 2016
  • Les guerres d’Hollande 2/3.

    Une série de Rene Backman

    En Syrie et en Irak, une opération inutile et sans moyens

    Après les opérations décidées par François Hollande en Afrique, les interventions en Irak et en Syrie s’avèrent plus que discutables. Elles obligent l’état-major à disperser sur plusieurs théâtres de conflit les moyens humains, matériels, financiers très limités dont il dispose. À ce jour, la France n’en retire aucun bénéfice stratégique ou diplomatique.

    Dans les entretiens qu’il a accordés au journaliste américain Jeffrey Goldberg, et qui nourrissent un long article – titré « La doctrine Obama » – (...) Lire la suite
    6 juin 2016
  • Mossoul : « Ils ne combattent pas, ils se suicident »

    « S’il revient vers moi, je me fais exploser... »

    La tactique de guérilla jihadiste fait des ravages depuis une semaine. Les soldats kurdes, trop confiants et parfois mal organisés, continuent toutefois leur avancée vers le bastion de L’État islamique.

    « Le convoi est passé trop loin. » Un silence, puis la même voix calme dans le talkie-walkie : « S’il revient vers moi, je me fais exploser. » Le major (...) Lire la suite
    27 octobre 2016
  • Etat Islamique : comme un goût d’Apocalypse..

    Syrie-Irak

    Le début de la fin pour les Djhiadistes ?

    Des reculs, mais aussi une résistance acharnée et des contre-attaques. En 2016, l’organisation Etat islamique a perdu plusieurs fiefs de son « (...) Lire la suite
    22 décembre 2016
  • A Mossoul, au cœur des combats contre l’État islamique

    Un reportage sur le front.

    "Soldats et jihadistes se retrouvent face à face, à quelques dizaines de mètres ...."

    L’armée irakienne poursuit son offensive contre l’Etat islamique. Mais les ruelles de la vieille ville, les snipers et la présence de civils rendent la progression difficile.

    
 Le minaret de la mosquée Al-Nouri apparaît parfois, depuis la terrasse en haut d’un immeuble ou à travers le trou étoilé laissé par une balle dans (...) Lire la suite
    21 mars 2017
  • Mort de Stephan Villeneuve,grand-reporter, à Mossoul, par Luc Mathieu.

    Disparition

    Le journaliste préparait un reportage pour « Envoyé spécial » quand deux mines ont explosé. Il suivait les forces irakiennes qui ont pénétré dimanche dans la vieille ville aux mains de l’Etat islamique.

    Stéphan Villeneuve, mort au « service de l’information » à Mossoul

    Stéphan Villeneuve, 48 ans et père de quatre enfants, n’a pas survécu à ses blessures. Il est mort lundi après-midi, quelques heures après avoir été blessé à Mossoul, dans le nord de l’Irak. « Avec sa disparition, c’est une nouvelle fois le journalisme de guerre qui est frappé. Je souhaite rendre hommage à son courage au service de l’information et à son professionnalisme reconnu par tous ceux avec lesquels il a travaillé », a déclaré la ministre de la Culture, Françoise Nyssen. Stéphan Villeneuve était expérimenté, coutumier des terrains de guerre et de leurs risques. Il a longtemps travaillé pour l’agence de presse Capa. « Il avait 25 ans quand il a fait ses premières armes en Bosnie. Après Sarajevo, il a enchaîné Mogadiscio, le génocide rwandais, le Kosovo, le Congo, Haïti, le Yémen, l’Irak, la Tunisie… Et puis l’Irak, une dernière fois. Stéphan connaissait la planète comme sa poche. Il aimait profondément les autres. […] C’était un grand pro », a fait savoir Capa dans un communiqué.

    Lundi, il était à Mossoul pour la société #5 bis Productions et préparait un reportage pour Envoyé spécial. Il était accompagné de la journaliste Véronique Robert, qui travaillait avec lui, de Samuel Forey, correspondant du Figaro et de Bakhtiyar Haddad, un journaliste et fixeur kurde. Ils suivaient une unité des forces spéciales antiterroristes irakiennes qui venait de pénétrer dans la vieille ville de Mossoul. Alors qu’ils marchaient, deux mines ont explosé. Bakhtiyar Haddad a été tué, Véronique Robert et Stéphan Villeneuve ont été grièvement blessés. Les deux journalistes et Samuel Forey, plus légèrement touché, ont été transportés par hélicoptère dans un hôpital de Bagdad.

    Snipers. L’offensive pour reprendre Mossoul à l’Etat islamique (EI) dure depuis plus de huit mois. La ville, la deuxième d’Irak, avait été prise à la surprise générale par les jihadistes en juin 2014. Quelques centaines de combattants avaient réussi à faire fuir des milliers de policiers et soldats irakiens, censés la protéger. Des officiers avaient abandonné armes et uniformes avant de battre en retraite. Le 17 octobre, l’offensive pour chasser l’EI était lancée. Des dizaines de milliers de peshmergas kurdes, de soldats et de policiers d’unités irakiennes attaquent les positions jihadistes dans la plaine de Ninive. En quelques semaines, la plupart des villes et villages de la périphérie de Mossoul sont repris. Fin janvier, les forces spéciales antiterroristes, formées et financées par les Etats-Unis, contrôlent les quartiers Est.

    Un mois plus tard, la bataille pour reprendre l’Ouest débute. Elle mobilise la police fédérale, les brigades d’intervention rapide - une unité d’élite de la police - et les forces antiterroristes. Elle est d’emblée plus dure. Les jihadistes résistent farouchement. Ils multiplient les attaques-suicides. Des combattants, des drones, des voitures, des bulldozers explosent devant les positions irakiennes. Des snipers prennent à revers les soldats. Les jihadistes se sont préparés. Ils circulent de maison en maison par des trous qu’ils ont creusés dans les murs mitoyens. A plusieurs reprises, les forces irakiennes se voient obligées de ralentir l’offensive pour se réorganiser. Soldats et policiers sont épuisés. Beaucoup ont aussi combattu à Ramadi et Fallouja, ils en portent les cicatrices.

    Catastrophique.

    En mars, ils sont à la lisière de la vieille ville. Ils aperçoivent le minaret penché de la mosquée al-Nouri, là où Abou Bakr al-Baghdadi, le chef de l’EI, est apparu en public en juin 2014. Mais ils ne peuvent s’en approcher, les ripostes des jihadistes sont féroces. Dimanche, après une nouvelle réorganisation, les forces irakiennes ont pénétré pour la première fois dans la vieille ville.

    Les jihadistes les y attendent, acculés et encerclés. Les combattants irakiens pourront tenter de se faire passer pour des civils. Les étrangers, dont des Français, sont là pour mourir. Ils résisteront comme ils l’ont déjà fait, avec des snipers postés sur les toits de maison où vivent encore des civils, des mines artisanales et des kamikazes. La plupart des ruelles de la vieille ville sont trop étroites pour les voitures piégées. La situation humanitaire est catastrophique depuis plusieurs mois.

    Les habitants sont pris pour cible par l’EI lorsqu’ils tentent de s’échapper. Il n’y a plus d’eau courante, ils doivent payer pour récupérer celle du Tigre, qui coupe Mossoul en deux. Ceux qui ont épuisé leurs réserves mangent des chats ou des bouts de carton trempés dans l’eau. Selon l’ONU ? Il reste environ 100 000 habitants dans la vieille ville. L. M. 

    Photo Nicolas Jaillard France 2. STEPHAN VILLENEUVE, journaliste reporter d’images décédé le 19 juin 2017 en Irak suite à l’explosion d’une mine alors (...) Lire la suite

  • Mossoul : la bataille perdue de Daech

    Un reportage sur le front.

    par Luc Mathieu

    Si la reprise de la mosquée Al-Nouri marque un tournant symbolique du conflit, les combats se poursuivent entre des jihadistes aux abois et une armée épuisée.

    Photo Dans le vieux Mossoul, dimanche.  Photo William Daniels pour Libération Quand le vent se lève, la vieille ville de Mossoul disparaît. Le ciel (...) Lire la suite
    29 juin 2017

Moyen-Orient

Choissisez et cliquez: