Jean-Paul Mari présente :
Le site d'un amoureuxdu grand-reportage
 Asie• Chine• Europe• France• Israël• Moyen-orient

A découvrir. Figra 2021, 29 septembre-3 octobre, films hors compétition: « Salvator Mundi : la stupéfiante histoire du dernier Vinci »

Videos Bloc-Notes évenements publié le 17/09/2021 | par grands-reporters

grands-reporters.com soutient le FIGRA, « les écrans de la réalité » , 28ème édition du Festival International du grand reportage d’actualités. Du 29 septembre au 3 octobre à Douai.


FILMS HORS COMPÉTITION – AVANT-PREMIÈRES

SALVATOR MUNDI : LA STUPÉFIANTE AFFAIRE DU DERNIER VINCI

– VERSION CINÉMA

D’Antoine Vitkine – 90 min- France – 2021
Image : Xavier Liverberman, Pauline Louvet, Mike Paterson, Edward Bally 
Montage : Yvan Demeulandre et Tania Goldenberg 
Production : Zadig Productions  
Avec la participation de France Télévisions, de la Région Ile-de-France et le soutien du CNC, de la Procirep et de l’Angoa-Agicoa

Attribué à Léonard de Vinci, le Salvator Mundi est devenu l’œuvre d’art la plus chère jamais vendue et pose beaucoup de questions. De New-York à Londres, en passant par l’Arabie Saoudite, l’histoire incroyable de ce tableau révèle les coulisses du marché de l’art et les excès de notre époque…

Voir un extrait

 

Le réalisateur


Antoine Vitkine est un journaliste, écrivain et réalisateur de documentaires français. Depuis 2001, il a réalisé plus d’une vingtaine de films documentaires pour les principales chaînes de télévision françaises (France 3, France 2, France 5, Canal + et Arte). La plupart ont été diffusés par des chaînes de télévision internationales. Les principaux sont : « Kadhafi, Notre meilleur ennemi » (primé documentaire français le plus exporté en 2012), « Populisme, l’Europe en danger », sur la montée du populisme d’extrême droite en Europe, « Le président et le dictateur » sur la relation Sarkozy-Kadhafi, « Magda Goebbels, la première dame du IIIe Reich », « Poutine : maître du jeu », « Bachar. Moi ou le chaos ».

ITW du réalisateur

 

 

THE CAVE

De Feras Fayyad – 102 min – Danemark, Syrie, États-Unis – 2019
Image : Mohammad Kheir, Ammar Suleiman, Mohammad Eyad 
Montage : Per K. Kirkegaard 
Production / Diffusion : Danish Documentary Production, Madam Films, National Geographic Documentary Films

 

En Syrie, dans la Ghouta assiégée qui a subi plusieurs bombardements, les habitants ont construit un hôpital souterrain. En plein conflit, la pédiatre Amani Ballour doit faire face aux atrocités liées à la guerre et à des malades qui refusent parfois d’être soignés par une femme. Avec courage, elle tente quotidiennement de sauver des vies, réconforter, trouver des médicaments, nourrir les malades.

Le mot de grands-reporters.com: Impressionnant. Un grand documentaire. De l’ordre du superbe « Pour Sama » sorti en cinéma. « The cave », « la grotte », plongée en eau profonde dans un hôpital souterrain, est une extraordinaire parabole de la lutte contre la violence des hommes.Et leurs préjugés.

Voir un extrait

Le réalisateur

Réalisateur, producteur, scénariste, monteur et directeur de la photographie syrien, Feras Fayyad a été nominé aux Oscars deux fois. Il est surtout connu pour son documentaire de 2017, « Les derniers hommes à Alep » (« Last Men in Aleppo ») et son récent film de 2019 « La grotte » (« The Cave »), qui lui a valu des éloges critiques et de nombreux prix et nominations, y compris l’Oscar du meilleur long métrage documentaire.

Il est le premier réalisateur syrien à être nominé aux Oscars. Et il a également remporté le prix Emmy pour le meilleur documentaire d’affaires courantes. Il est membre de l’Académie des arts et des sciences du cinéma depuis 2018.

 

 

FILMS EN compétition DE PLUS DE 40 MN    

 

 

L’ÉTAT DU TEXAS CONTRE MELISSA (THE STATE OF TEXAS VS MELISSA)

De Sabrina Van Tassel – 90 min – France – 2020 – INÉDIT

Image : Cyril Thomas
Montage : Damien Bois
Production : Vito Films
Co-productions : Tahli Films et Andaman Films
Avec le soutien du CNC

Elle s’appelle Melissa Lucio. Depuis plus de dix ans, celle qui fut la première femme hispanique condamnée à la peine capitale, erre dans le couloir de la mort au Texas. Accusée de violences répétées ayant entraîné la mort de sa fille de 2 ans, cette mère de quatorze enfants, pauvre et droguée, coche toutes les cases de la coupable idéale. Pourtant, son histoire qui regorge de zones d’ombres, va se révéler bien plus complexe qu’elle n’y parait. L’Amérique des déshérités est une réalité brutale qui condamne les plus faibles pour s’en débarrasser. Melissa Lucio incarne le sort des laissés pour compte broyés par le système judiciaire américain.

Le mot de grands-reporters: Aux USA, mieux vaut ne pas être hispanique, pauvre et droguée. Ou alors ne pas habiter au Texas. Un film de plus sur l’injustice et l’immense brutalité du système judiciaire américain…

Voir un extrait

 

La réalisatrice

Sabrina Van Tassel est une réalisatrice et journaliste grand reporter franco-américaine. Elle se lance dans le documentaire et le reportage en 2004. En 15 ans, elle signe plus d’une quarantaine de reportages d’investigations et de documentaires engagés posant un regard sans concession sur le monde d’aujourd’hui et ses problèmes de société. « Mariées pour le pire » (2004), histoire de deux femmes victimes de mariages forcées ; « Les soldats perdus de Tsahal » (2008) qui explore le syndrome du stress post traumatique dans l’armée israélienne ; « La Tribu de Rivka » (2010) qui retrace la vie d’une famille de la seconde guerre mondiale à nos jours et « Jeunes filles à vendre » (2015) sur le trafic sexuel de mineurs aux États-Unis.

« La cité muette » (2015) est son premier long métrage documentaire. Plébiscité par la presse, il raconte l’histoire du camp de Drancy, où la quasi-totalité des juifs français furent internés, et qui fut réhabilité en logement social à la fin de la guerre.

« L’État du Texas contre Melissa » (2020) est son deuxième long métrage documentaire. Il raconte l’histoire de la première femme hispanique condamnée à mort au Texas. Une femme qui incarne le sort des laissés pour compte broyés par le système carcéral américain.

 

  TUER L’INDIEN, DANS LE CŒUR DE L’ENFANT

De Gwenlaouen Le Gouil – 72 min – France – 2021
Image : Christophe Barreyre
 Montage : Soline Braun
 Production : TV Presse Productions

Avec la participation de Arte. 
Et le soutien du CNC

Selon la police fédérale, les femmes retrouvées mortes sur les terres glacées du grand Nord, toutes des autochtones, seraient plus de 4000 en trente ans. Ces meurtres ne sont jamais élucidés car ils ne sont jamais enquêtés. Au Canada, en 2020 encore, tout le monde se fiche du corps gelé d’une autochtone.
Le combat d’une poignée d’Amérindiens en colère renvoie aux origines des traumatismes qui hantent les Premières Nations du Canada et aux racines du mal qui ronge les amérindiens, victimes pendant plus d’un siècle d’un génocide culturel orchestré par l’État et l’Église catholique à travers le système des pensionnats autochtones.

Le mot de grands-reporters.com : Des enfants amérindiens au Canada livrés aux missionnaires dans des pensionnats autochtones. Mauvais traitements, tortures, viols, viols encore, et meurtres. Et un gouvernement qui préfère enterrer ces affaires sales… beau film, fort, nécessaire.

Voir un extrait

 

 Le réalisateur

Grand reporter et réalisateur au sein de l’agence TV Presse, Gwenlaouen Le Gouil couvre l’actualité internationale depuis une vingtaine d’années, essentiellement pour Arte. Après des études d’histoire et de journalisme, il rejoint l’ambassade de France à Bangkok en 1999 en tant que coopérant audiovisuel. Il réalise et présente pendant deux ans une émission hebdomadaire pour la télévision publique thaïlandaise.

De retour en France, il suit une formation de journaliste reporter d’images et travaille pour les différents journaux télévisés, avant de se tourner vers le magazine au début des années 2000. En 2007, il a reçu le prix Albert-Londres avec Anne Poiret et Fabrice Launay pour « Muttur, un crime contre
l’humanitaire » (France 5) et monte l’agence de presse Cargo Culte qu’il dirige jusqu’en 2016. Il obtient en 2008 le prix du grand reportage international au Festival Ilaria Alpi, en Italie, pour « Somalie : partir ou mourir » (Arte Reportage). Pendant une dizaine d’années, il réalise et produit des reportages pour des émissions comme Arte Reportage, Un œil sur la planète, Faut pas rêver, Thalassa, etc.
En 2020, il reçoit le prix Europa du film d’investigation pour « Rohingya, la mécanique du crime » (Arte Théma / TV Presse / Nova), après avoir obtenu le grand prix du FIGRA 2018 dans la catégorie Compétition Internationale des films de moins de 40 minutes pour « L’exode », déjà consacré à cette minorité musulmane de Birmanie.

Salle 1 mercredi 29 septembre 11h30

 

  POUR QUELQUES BANANES DE PLUS, LE SCANDALE DU CHLORDÉCONE


De Bernard Crutzen – 71 min – France / Belgique – novembre 2019
Image : Julien Fèvre 
Montage : Agnès Creuzenet 
Production : Caméra One Télévision
 Co-productions : Zistoires SPRL et RTBF

Aux Antilles, tout le monde le connaît. 9 personnes sur 10 l’ont dans le sang. C’est un perturbateur endocrinien qui fait de la Martinique la championne du monde des cancers de la prostate. A cause de lui, le nombre de prématurés ne cesse d’augmenter. Il a contaminé un tiers des terres agricoles, les tubercules, la viande, les œufs ; il a pollué les sources et les rivières, touché les poissons et les fruits de mer. Inventé en Amérique, on a perdu sa trace en Europe et personne ne semble pressé de la retrouver. C’est un pesticide toxique et persistant dont on ne se débarrassera pas avant plusieurs siècles. Pour quelques bananes de plus, il a tout contaminé, jusqu’à la politique.

Le mot de grands-reporters.com: Les Antilles, le soleil, la mer bleue, toute la vie, toute la vie…Et les bananes sur une terre empoisonnée par un pesticide. Si les Antillais aujourd’hui sont si méfiants par rapport au vaccin, c’est aussi parce qu’ils sont hantés par cet énorme scandale sanitaire.

Voir un extrait

 

Le réalisateur

Né en Belgique en 1961, Bernard Crutzen était encore étudiant lorsqu’il a été sélectionné pour La Course autour du Monde, une émission TV pour globe-trotter en herbe produite par Télé-Union et les télévisions francophones (RTL, Antenne 2, SRC, SRC).  Depuis, il n’a cessé de parcourir la planète, caméra au poing, avec plus de 20 documentaires à son actif.

Qu’il traite de la pêche aux thons au large des Seychelles ou de Saint Expédit à la Réunion, en passant par les renards de Bruxelles, il garde toujours l’humain au centre de son projet. En 2017, il se lance dans les documentaires d’investigation, avec « Malaria Business » (Prix du public et Prix reporters sans frontières Figra 2018), traduit en 4 langues et diffusé dans 65 pays.

 

SALLE 1 
VENDREDI 1 OCTOBRE 9h30

 

 

                                  ON THE LINE, LES EXPULSÉS DE L’AMÉRIQUE

De Léo Mattei et Alex Gohari – 68 min – France – 2020
Image : Léo Mattei 
Montage : Matthieu Besnard 
Production : Brotherfilms

Avec la participation de France Télévisions et Public Sénat
 Et le soutien du CNC, de la Procirep et de l’Angoa
Tijuana, ville-frontière du Mexique-USA, est devenue un sas entre deux mondes où échouent des migrants aux vies brisées. Des milliers de mexicains sont expulsés des États-Unis, après avoir vécu plusieurs dizaines d’années de l’autre côté de la frontière, travaillé, payé des impôts, fondé une famille.
Au sud du mur, les chemins de la reconstruction après des années d’exil sont sinueux et la spirale de l’exclusion est impitoyable pour les expulsés de l’Amérique.  De l’autre côté de la frontière, les familles bouleversées doivent continuer à vivre, privées d’un père, d’une mère, d’un compagnon. Leur quotidien, frappé par une décision administrative, ne sera plus jamais le même.

 

Le mot de grands-reporters.com  Le rêve américain est un cauchemar pour les expulsés. Après vingt, trente années ou plus, les « déportés » se retrouvent à Tijuana de l’autre côté de ce mur qui plonge au-delà de la plage dans l’océan pacifique. Ils ont l’accent américain,  leur maison, leur famille, leur vie de l’autre côté.  Toute la brutalité de l’Amérique de Trump.

 

Voir un extrait

 

 

Les réalisateurs

C’est en tant que JRI pour les rédactions de France Télévisions qu’Alex Gohari a débuté dans le métier. Pendant 6 ans, il a couvert les événements majeurs de l’actualité internationale, notamment les conflits syriens et ukrainiens. En 2012, il a décidé de s’installer plusieurs mois en Iran et y a réalisé son premier grand reportage sur les migrants afghans, « Les petites mains de Téhéran » pour Arte Reportage. Il vit au Mexique depuis 4 ans où il poursuit son travail autour de questions sociales, géopolitiques et plus particulièrement liées à l’immigration. Il y a notamment réalisé avec Léo Mattei « La Bestia » (Arte Reportage, 2018), sur le train emprunté clandestinement par les migrants latino-américains et, toujours pour Arte : « Mexique : à la recherche des migrants disparus » (Arte, février 2018) qui a reçu le Grand Prix (moins de 40 minutes) au FIGRA 2019.

 

 

Léo Mattei est JRI indépendant depuis dix ans, travaillant pour de multiples agences de presse (AP, AFP) et chaînes internationales, il a couvert les conflits majeurs de ces dernières années (Libye, Syrie, Mali, Centrafrique…). Léo a également réalisé, avec Alex Gohari, « Les veines ouvertes du géant indien » (Arte, 2009) et, tout récemment, « Mexique : à la recherche des migrants disparus » (Arte, février 2018) qui a reçu le Grand Prix (moins de 40 minutes) au FIGRA 2019. Il s’intéresse tout particulièrement aux problématiques liées à l’exil. Vivant et exerçant à Mexico depuis 4 ans, il est aussi l’auteur de nombreux reportages avec Alex Gohari sur l’émigration des pays d’Amérique latine vers les États-Unis via le Mexique, ce voyage de tous les dangers qui compte et conte en soi bien des facettes géopolitiques de cette région du monde.

 

SALLE 1 
JEUDI 30 SEPTEMBRE 17h35

 

 

                                                LES ROUTES DE LA DISCORDE

De Bryan Carter – 62 min – Belgique – 2020
Image et montage : Bryan Carter
 Production : Pokitin Productions 
Co-production : RTBF

Avec le soutien du Fonds du journalisme en Fédération Wallonie-Bruxelles

En 2012, un incendie ravage le hangar insalubre d’une firme de transports belges, tuant deux travailleurs. L’un d’eux, Pawel, un jeune Polonais, laisse une famille en deuil. S’agit-il d’un simple accident ou du reflet d’une industrie reposant sur la concurrence sauvage et l’abus des chauffeurs routiers ? Qui sont les responsables de ce drame ?
Des plaines de l’Italie aux ports des Pays-Bas, cette traversée de l’Europe aux côtés de camionneurs révèle la face sombre du transport routier de marchandises ainsi que ses conséquences polarisantes sur la politique européenne.

Voir un extrait

 

 

Le réalisateur

Bryan Carter est un journaliste indépendant spécialisé dans les questions européennes et américaines, l’économie et les droits humains. Depuis 15 ans, il couvre l’actualité internationale et réalise des reportages pour différents médias.

Il est l’auteur de deux documentaires, l’un portant sur la montée de l’extrême-droite en Grèce lors de la crise, l’autre sur le dumping social dans le transport routier de marchandises.

Il a également été rédacteur en chef d’un site d’information focalisé sur le monde du travail et la justice sociale.

 

 

Le mot de grandsreporters.com: On les croise sur la route, parfois on les suit, ils nous gênent, on ne pesne qu’à les dépasser. Mais que savons-nous de ce qui se passe à l’intérieur de ce que nous appelons « poids-lourds » conduitspar des hommes venus de l’Est? Que savons-nous de leurs vies, de leurs drames, de leurs tragédies …et de leurs guerres?  A voir.

 

 

                                            MBS, PRINCE D’ARABIE

De Antoine Vitkine – 74 min – France – Décembre 2019
Image : Xavier Liberman 
Montage : Yvan Demeulandre 
Production : Nilaya Productions
 Avec la participation de RTS et de France Télévisions
 Et le soutien du CNC

Fils du roi d’Arabie saoudite, Mohammed Ben Salmane, dit MBS, est devenu à trente-deux ans le successeur désigné de son père à la tête d’un pays qui possède les plus grandes réserves pétrolières du monde. L’Arabie saoudite, alliée de l’Occident, joue un rôle clef au cœur de la poudrière moyen-orientale et règne sur les principaux lieux saints de l’Islam. Ce pays, engagé au Yémen, est aussi le deuxième client de l’industrie d’armement de la France et le premier client des États-Unis.
MBS est un interlocuteur incontournable au Moyen-Orient et il nous faut composer avec lui. Il affiche des décisions aussi radicales que contradictoires. Tantôt réformateur, tantôt autoritaire, il souffle le chaud et le froid. Qui est-il vraiment ? Quelles sont ses intentions profondes ?

Le mot de grandsreporters.com : Une radiographie d’un homme inconnu et d’un pays puissant mais opaque au centre du moyen-orient. Une remarquable plongée géo-politique en eau profonde.  Indispensable et brillant.

Voir un extrait

 

Le réalisateur


Antoine Vitkine est l’auteur-réalisateur de plus d’une vingtaine de documentaires pour la télévision, dont plusieurs traitent de sujets internationaux : « La vengeance de Poutine » (France 5), « Bachar. Moi ou le chaos » (France 3), « Le président et le dictateur » (France 3), « Kadhafi, notre meilleur ennemi » (2 x 90 min pour France 5) sur les relations entre la Libye et l’Occident ou encore « La guerre invisible » (Arte) sur la cyberguerre.

Il a également réalisé de nombreux documentaires historiques, parmi lesquels « Mein Kampf, c’était écrit » (Arte), « Magda Goebbels » (France 2) ou « Les esclaves oubliés » (Arte). Il a, en outre, réalisé « Attentats. Au cœur du pouvoir » (France 3), « 1939 : la guerre est déclarée » (France 3), « Populisme, l’Europe en danger » (Arte).

Il est l’auteur de trois essais, notamment sur l’histoire de Mein Kampf ainsi que sur l’islamisme. Il a couvert le conflit de 2003 en Irak pour l’émission Spiegel-TV (RTL – Allemagne). Né en 1977, il est diplômé de Sciences Po Paris (1998) et titulaire d’un master en relations internationales.

SALLE 1 
VENDREDI 1 OCTOBRE 11h10

 

 

                                                LA VIE EST DANS LE PRÉ

De Éric Guéret – 79 min – France – 2020
Image : Éric Guéret
 Montage : Isabelle Szummy
  Production : Bonne Pioche Télévision

Avec la participation de Public Sénat et France Télévisions.

Et le soutien de la région Nouvelle Aquitaine et du CNC

Paul François est ce que l’on appelle un « grand céréalier », il exploite 250 hectares de terre en Charente. Intoxiqué en 2004 par du Lasso, un herbicide de Monsanto, il en garde de graves séquelles. Alors qu’il se bat en justice contre la firme depuis 12 ans pour faire reconnaitre sa responsabilité, et après des années de doutes et d’hésitations, il a décidé de surmonter ses peurs et de convertir toutes ses terres en agriculture biologique. Une mutation passionnante, depuis sa dernière moisson « chimique » à sa première moisson sans pesticides.
Un passage en BIO qui remet tout en cause : réapprendre et inventer sa propre méthode ; redécouvrir un savoir oublié par des années de pratiques intensives.

Le mot de grandsreporters.com : Quand les  « moissons chimiques » laissent la place aux « moissons du ciel », la vie est dans le pré et le bio dans l’air du temps.

Voir un extrait

 

Le réalisateur

 

Éric Guéret réalise depuis une quinzaine d’années des documentaires de société en France et à travers le monde. Conditions de vie dans les usines chinoises, enfants de la rue au Sénégal, situations difficiles dans les écoles françaises, lutte des militants de Greenpeace, femmes sans domicile dans les rues de Paris… Il s’est spécialisé dans le cinéma de proximité, filmant sur de très longues périodes en immersion totale avec ses personnages.
Il est, d’autre part, l’auteur des fameux portraits intimes d’artistes français : France Gall, Renaud, Julien Clerc, Coluche, Véronique Sanson. Ces films, qui ont touché un public important, mêlent de façon originale, sensible et inédite les confidences et les images qui dessinent leurs vies.

SALLE 1 
MERCREDI 29 SEPTEMBRE 9h45

 

 

 

FACE AUX MIGRANTS : À LA FRONTIÈRE DES ALPES

De Thomas Johnson, Arnaud Mansir et Philippe Pichon – 67 min – France – 2020
Image : Arnaud Mansir
 Montage : Jérôme Legrand
 Production : Dream Way Productions

Avec la participation de France Télévisions

Et le soutien du CNC

Alors que la ligne de front idéologique des Hautes-Alpes est de plus en plus tendue, la division de la société au sujet des migrants est de plus en plus grande. Solidaires ou opposés à leur entrée sur le territoire français, les habitants du Briançonnais, les autorités sanitaires, administratives et politiques locales, sont confrontés, jour après jour, à l’arrivée toujours aussi importante des migrants. Les associations tentent d’y faire face, par un soutien humain et des maraudes, encore considérées comme « délit de solidarité », motif de poursuites judiciaires.

Le mot de grandsreporters.com: Une population – en première ligne face au problème des migrants – se divise. Soutien humain ou délit de solidarité?

Découvrir

Les réalisateurs


Après des études de journalisme (option JRI), Arnaud Mansir débute sa carrière en 1993 comme caméraman pour différents magazines de télévision. Il devient ensuite chef opérateur pour de nombreux documentaires qu’il coréalise parfois. Il a également réalisé une dizaine de films personnels.

Après des études de médecine et de psychologie, Thomas Johnson débute en 1982 sa carrière dans la presse écrite comme grand reporter pour le magazine Actuel. Pendant dix ans, il couvre notamment la chute de l’Union Soviétique. A partir de 1992, il réalise des reportages pour les magazines Mégamix et Rencontre diffusés sur Arte. Depuis 1995, il se consacre au genre documentaire. A ce jour, il a réalisé une vingtaine de films pour Arte ou France Télévisions, dont près de la moitié ont été primés dans différents festivals (Monaco, FIGRA, Prix EUROPA, BANFF, UNAFF, EuroPAWS, FIFA, Pessac, IDFA). Il réalise actuellement ‘ “Les Évangéliques, histoire d’une croisade mondiale”, une série de trois documentaires coproduite par Artline Films, Arte et PBS.


Depuis 2001, Philippe Pichon écrit et réalise des films engagés qui dénoncent les violences et les injustices que notre société génère. Parmi la trentaine de documentaires dont il est l’auteur : « Prisons, histoire d’une faillite », « Renaud Van Ruymbeke, au nom de la loi », « Les fins de droits », « Amiante, en quête de justice », « À armes égales » ou encore « Le sang contaminé, autopsie d’une affaire d’état ». Il a également réalisé une trentaine de reportages pour les magazines Envoyé spécial, Arte Reportages, Des Racines et des Ailes, Zone Interdite ou TF1 Reportages.

 

SALLE 1 
MERCREDI 29 SEPTEMBRE 17h

 

LIBAN, L’ÉPREUVE DU CHAOS

De Amal Mogaizel – 52 min – France – 2020
Image : Cyril Thomas

Montage : Damien Pasinetti

Production : Capa Presse

Avec la participation de Arte G.E.I.E.
Et le soutien du CNC

Automne 2019, le peuple libanais sort dans la rue pour dénoncer la corruption et l’incompétence de ses gouvernants. Été 2020, le port de Beyrouth est dévasté par des explosions apocalyptiques. En moins d’un an, les crises sanitaires, financières et sociales se succèdent et deux gouvernements sont contraints à la démission.
Et si tous ces événements renvoyaient à la nature même du Liban ? Un état multi-confessionnel où leaders chiites, sunnites, chrétiens privilégient les intérêts de leur communauté plutôt que le bien commun ? Et si, instrumentalisés par les États-Unis, la Syrie, l’Iran et Israël, ce système était aujourd’hui à bout de souffle ?

Le mot de grandsreporters.com: Le Liban, cent fois détruit, cent fois reconstruit. Jusqu’ici.  Une explosion de trop? La fin de la logique d’autodestruction? Le dernier naufrage? Et si le Phoenix n’était plus capable de renaître de ses cendres?

Découvrir

 

La réalisatrice

Amal Moghaizel est écrivaine, journaliste et réalisatrice, notamment pour Arte et France Télévisions.

De 1984 à 1990, elle a été correspondante de Radio France, pour le Moyen-Orient, à Beyrouth.

Elle est co-auteure et journaliste pour des enquêtes et tournages diffusés sur les chaînes de France télévisions, Arte, M6 et Match TV.

 

 

 

 

SALLE 1 
JEUDI 30 SEPTEMBRE 11h30

SUR LES ROUTES CACHÉES DE NOTRE ARGENT

De Emmanuel Morimont – 67 min – Belgique – 2020

Image : Christophe Zenko et Bruno Gathy
. Montage : Simon Bemelmans.

Production : RTBF

En Belgique, les banques disposent de 200 milliards d’euros en fonds de placement. Où va l’argent déposé sur les comptes particuliers ? Économie carbonée, énergie fossile, secteur de l’armement, agro-business. Des secteurs financés avec notre argent, parfois sous le couvert d’un fonds de placement dit « durable » ou « responsable ». Révélations et confrontations au cœur de quatre grandes institutions financières.

 Découvrir

 

Le mot de grands-reporters.com : Deux cent milliards…notre argent. Où va-t-il? Mystère. Pour s’y retrouver dans la forêt des chiffres secrets.

Le réalisateur

 

Emmanuel Morimont est journaliste et reporter.Il a rejoint la RTBF en 2007. Il y travaille successivement pour les émissions On n’est pas des pigeons et Questions à la une. En 10 ans, il a mené plusieurs investigations sur des thèmes variés : la fraude fiscale, le business des soins dentaires ou encore le dumping social. En 2019, son enquête intitulée « Terrain synthétique, gazon maudit ? » remporte le prix Belfius de la presse télévisée et est finaliste au DIG awards. En 2020, il intègre l’équipe d’Investigation, le nouveau programme d’enquête de la chaîne publique belge.

 

 

 

SALLE 1 
VENDREDI 1 OCTOBRE 16h30

 

BIG PHARMA, LABOS TOUT-PUISSANTS

De Luc Hermann et Claire Lasko – 88 min – France – 2020
Image : Gregory Roudier
Montage : Emmanuel Lejeune
Production : Premières Lignes
Avec la participation de la RTBF – unité documentaire, la RTS – Temps Présent, SRF – Schweizer Radio und Fernsehen, Télé-Québec et SVT
Et le soutien du CNC

Le mot de grands-reporters.com :
Au moment où les laboratoires, qui engrangent déjà des bénéfices colossaux grâce à la pandémie, viennent d’annoncer qu’ils augmentaient  le prix de leurs vaccins…

Forte de ses réseaux d’influence, l’industrie pharmaceutique peut à elle seule décider des politiques de santé des gouvernements. Certains laboratoires réussissent à orienter la recherche, les financements et les remboursements publics vers leurs traitements les plus chers.
D’autres cachent de graves effets addictifs ou secondaires de leur médicament. Et la bataille contre la Covid-19 a exacerbé l’appétit des laboratoires.
Le nouveau paradigme de l’industrie pharmaceutique, avec une financiarisation totale des médicaments, menace-t-il la longévité du système politique solidaire de santé publique ?

Découvrir

 

Les réalisateurs

Luc Hermann est journaliste, producteur, réalisateur et co-dirigeant de la société de production indépendante Premières Lignes.
Producteur de nombreux documentaires, grands reportages et de collections d’investigations dont Cash Investigation pour France 2, de documentaires politiques, de société, d’histoire et de découverte de prime time pour Arte, France 2, France 3, France 5, Canal +, LCP, Public Sénat…

Il est notamment l’auteur et co-réalisateur avec Gilles Bovon de « Starbucks Sans Filtre », et de la série documentaire remarquée par la critique « Jeu D’influences », également co-réalisée avec Gilles Bovon, primée aux Étoiles de la Scam, sur les stratèges de la communication.

Sa dernière investigation « Big Pharma Labos Tout-Puissants », co-réalisée avec Calire Lasko, a été diffusée en septembre 2020 sur Arte.

 

 

Claire Lasko est une réalisatrice, scénariste et showrunner de documentaires primés, qui croit au pouvoir de la télévision de transformer la vie et les idées.

Elle a travaillé avec certains des meilleurs talents de l’industrie et a présenté de nouveaux talents à l’écran. Son engagement à réaliser des films divertissants mais significatifs a caractérisé son travail. Certains de ses films préférés sont:

« Yeltsin », un long métrage documentaire sur le président russe, « Ballet Hoo : Comment le ballet a changé ma vie », une série réalisée avec 100 jeunes défavorisés apprenant à danser le ballet Roméo et Juliette de Kenneth MacMillan , « Baby Lab ».

 

 

SALLE 1 
SAMEDI 2 OCTOBRE 14h30

 

 

 

                                    ARICA

 

De Lars Edman et William Johansson Kalén – 90 min – Suède / Belgique – 2020 – INÉDIT

Image : William Johansson Kalén
Montage : Göran Gester
Productions : Laika Film & Television AB
Co-production : Clin d’Oeil Films
Avec la participation de la SVT et la RTBF

En 1984, la société minière suédoise Boliden a fait expédier des déchets toxiques au Chili, où ils devaient être correctement traités. En réalité, une partie des déchets a été déversée à la périphérie de la ville désertique d’Arica. Les conséquences ont été graves : dans les années qui ont suivi, les résidents ont développé un cancer et de nombreux bébés sont nés avec des anomalies congénitales.

ATICA, film TOXIC PLAYGROUND, a reçu le Grand Prix du FIGRA 2011 du jury présidé par Patricia Boutinard-Rouelle productrice ainsi que le Prix du Jury Jeunes 2011.

 

Le mot de grandsreporters.com :  Une enquête écologique rigoureuse, une esthétique d’une grande finesse, la mélancolie du retour d’un exilé au Chili.

 

 Découvrir

Les réalisateurs

 Lars EDMAN est né au Chili et a grandi en Suède. Il est retourné en Amérique du Sud pour étudier dans l’école de cinéma de Valparaiso.

« Toxic Playground » est son premier film.

Il a remporté six prix internationaux, a été projeté dans plus de 30 festivals internationaux et diffusé sur les chaines européennes.

Depuis qu’il a terminé « Toxic Playground », Lars a suivi une formation d’orthophoniste et vit maintenant dans le nord de la Norvège. « Arica » est son deuxième long métrage documentaire

 

 

 William Johansson KALÉN a rencontré Lars Edman à l’école de cinéma au Chili et, depuis « Toxic Playground », il continue de travailler comme journaliste d’investigation, cinéaste et monteur.

Il a réalisé « The Essence of Terror », « Democracy Road » et « The Witness » – diffusé sur SVT, NRK et Al Jazeera.

En 2014, il a commencé à travailler avec Laika Film and Television à Stockholm, en Suède.

 

SALLE 1
SAMEDI 2 OCTOBRE 9H30

Arctique, la guerre du pôle.

 

de Agnès Hubschman – 87 min – France – 2020

Image : Olivier Nathan
Montage : Frédéric Miège
Production : Magnéto Presse
Avec la participation de France Télévisions
Et le soutien du CNC

L’Arctique est un espace stratégique, économiquement et militairement convoité par les plus grandes puissances de la planète qui veulent s’y imposer. Champ de bataille d’une nouvelle guerre froide, c’est aussi la région du monde où le réchauffement climatique est le plus rapide.

De la Russie, les États-Unis et la Chine, qui parviendra à mettre la main sur les gigantesques réserves d’hydrocarbures ? Qui, de Poutine, Xi Jiping et Trump, sera le maître de l’océan Arctique, quitte à aggraver le dérèglement climatique ?

 

Critique grandsreporters.com: Le climat se réchauffe, la glace fond,la guerre redevient très froide. 

 

 

 

DÉCOUVRIR

Agnès Hubschman a toujours eu la vocation : être journaliste, reporter, pour témoigner des soubresauts du monde, écouter les gens qui font l’Histoire de notre temps et donner à comprendre les enjeux de notre époque.

Après vingt ans d’expérience auprès de toutes les grandes chaînes de télévision, elle défend aujourd’hui un journalisme de conviction, avec un goût marqué pour les enquêtes de fond,  des récits où l’humain se fracasse souvent sur les intérêts politiques ou stratégiques.

Parmi ses films les plus emblématiques, on trouve « Paul Touvier, la traque », diffusé sur France 2 en 2005, ou « Mitterrand, la maladie au secret », diffusé en 2015 sur France 2, ou plus récemment « Arctique, la guerre du pôle », une partie d’échec géopolitique au pôle Nord, entre catastrophe écologique annoncée et appétit de conquête démesuré,

 

 

AGRICULTEURS SOUS TENSION, UNE OMERTA FRANÇAISE

De Nathalie Barbe – 52 min – France – 2020
Image : Tangi Le Bigot
Montage : Benoit Poncelin De Raucourt
. Production : Bonobo Productions
. Co-Production : France Télévisions

Depuis près de trente ans, par tous les moyens, on tente de faire taire les agriculteurs qui dénoncent l’impact des rayonnements électromagnétiques sur leurs animaux mais également sur les humains.
Trente ans d’un combat que Serge Provost livre sans concession.

En cause, les antennes relais de téléphonie mobile, les lignes à haute et très haute tension et, dernières en date, les éoliennes. À l’heure de l’arrivée de la 5G en France, quels sont les dangers réels ou cachés des ondes électromagnétiques ?

Critique grandsreporters.com :

605… c’est le nombre d’agriculteurs de plus de 14 ans qui se sont suicidés en 2015. Indispensable plongée sur les causes d’un désespoir national.

:

Découvrir

Compétition Internationale 
de plus de 40 minutes – [2021]
SALLE 1 
JEUDI 30 SEPTEMBRE 16h

Journaliste depuis 1999, Nathalie Barbe a démarré sa carrière à i>télé, puis co-fondé une agence de presse en région pays de la Loire.

Elle a ensuite partagé son temps entre la presse agricole indépendante et l’écriture documentaire.

Aujourd’hui réalisatrice, elle s’attache plus particulièrement aux controverses environnementales et aux combats citoyens.

 

 

 

 

 

7 MILLIARDS DE SUSPECTS

De Sylvain Louvet et Ludo Gaillard – 89 min – France – 2020
Image : Christophe Astruc
Montage : Ludo Gaillard
Production : Capa Presse
Co-production : Arte France

Sous couvert de lutte contre le terrorisme ou la criminalité, les grandes puissances se sont lancées dans une dangereuse course aux technologies de surveillance. Caméras à reconnaissance faciale, détecteurs à émotions, système de notation des citoyens, drones tueurs autonomes.

De la Chine aux États-Unis, d’Israël à la France, l’enquête nous entraîne dans les rouages de cette machine de surveillance mondiale et donne la parole aux premières victimes de ce flicage hors norme.

Une obsession sécuritaire qui, dans certains pays, est en train de donner naissance à une nouvelle forme de régime : le totalitarisme numérique. Le cauchemar d’Orwell.

Critique grands-reporters.com : « Un film d’une intense actualité au moment où éclate le scandale mondial de l’affaire Pégasus »

Ce film a obtenu le prix Albert Londres 2020 de l »audiovisuel.

Compétition Internationale 
de plus de 40 minutes – [2021]
SALLE 1

 

Les réalisateurs

Sylvain Louvet

 

Diplômé en Philosophie et Sociologie politique à l’Université Toulouse 1 et Science-po Toulouse, Sylvain Louvet est réalisateur depuis plus de 10 ans.

Il a collaboré avec l’Agence Capa, Upside Télévision et Premières Lignes.

Ancien membre de la rédaction de Cash Investigation, il a réalisé près d’une vingtaine de film pour Cash Investigation, Envoyé Spécial, Complément d’Enquête, Le Monde en face, Pièces à Conviction et Spécial Investigation.

Il est désormais producteur chez Babel Press et vice-président de Fake Off (association d’éducation aux médias qu’il a fondée avec la youtubeuse Aude Favre).

 

gaillard

 

Ludovic Gaillard a travaillé à New Delhi, Miami et Rio sur des films pour Canal +, Arte, TF1, Spicee et France TV, comme « La guerre de la polio », récompensé par le prix Albert-Londres.

Il a récemment monté le documentaire Netflix sur l’affaire DSK.

 

 

 

 


TOUS DROITS RESERVES