Le site des amoureuxdu grand-reportage

Grèce: Sur les bords de l’Evros, la chasse aux migrants bat son plein

publié le 13/05/2020 | par Fabien Perrier

Des patrouilles de civils se sont constituées en Thrace pour aider l’armée et la police à verrouiller la frontière greco-turque. Le chef de l’Eglise orthodoxe grecque, l’archevêque Iéronimos, est venu leur rendre visite pour les bénir.


Férès, dans le nord de la Grèce. Un imposant groupe de femmes d’une cinquantaine d’années et d’hommes de tout âge sort de la salle municipale pour se diriger vers des 4×4 maculés de boue, garés des deux côtés de l’artère principale. «Nous avons fait le point sur le soutien que nous apportons à l’armée et à la police, raconte Athanasios Pemousis, le président de l’agglomération d’Alexandroupoli. Nous leur distribuons du café, de l’eau… et nous leur apportons à manger. Comme agriculteurs et comme chasseurs, nous connaissons bien la région, son delta, ses marécages, ce qui nous permet de fournir une expertise aux troupes.»

Les 4×4 s’éloignent peu à peu. Pleins phares, ils se dirigent vers la rive grecque du fleuve Evros dont les eaux boueuses marquent la frontière entre la Grèce et la Turquie. Des panneaux exhibent l’interdiction de pénétrer dans cette zone militaire. Seuls les agriculteurs qui y possèdent un champ ont la permission d’entrer. Mais actuellement, la route interdite a des allures de boulevard où se croisent les 4×4 des locaux, les véhicules tout-terrain de l’armée et les jeeps de la police. «Je connais les chemins par cœur», sourit Dimitris*, un paysan, au volant de son engin. De grande taille, imposant, le quinquagénaire confie «sa peur de ceux qui viennent d’en face». «Ils veulent nous envahir», explique-t-il.

300 civils surveillent les rives

«Eux», ce sont les 3,5 millions de migrants qui attendent en Turquie. Depuis plus d’une semaine, le président turc, Recep Tayyip Erdogan, a en effet annoncé ouvrir ses frontières et quelques milliers d’exilés se sont dirigés vers le nord-ouest de la Turquie, sur les bords de l’Evros. Selon le HCR, l’agence de l’ONU chargée des réfugiés, ils sont aujourd’hui 20 000 tout au long de la frontière terrestre et maritime entre les deux pays.

Le 4×4 rebondit sur le chemin de terre. A un checkpoint, le véhicule ralentit. Dimitris ouvre rapidement sa fenêtre et jette un sourire au policier qui garde les lieux. Ce geste complice lui suffira pour s’approcher un peu plus de l’Evros. La voie est chaotique, son propos limpide: «Voilà des années que la Grèce doit faire face seule à l’afflux des migrants. Nous ne pouvons pas les accueillir!» Et d’ajouter: «Nous ne pouvons pas accueillir toute la misère du monde.»

D’ailleurs, l’homme en est convaincu, «Kyriakos Mistotakis [le premier ministre grec élu en juillet 2019, ndlr] a raison quand il dit que cette invasion est une menace pour la Grèce». Ces mots reviennent en boucle dans les bouches des civils grecs constitués en patrouille. Des civils qui, selon un responsable local, seraient 300 par ronde, de jour comme de nuit, répartis en plusieurs checkpoints ou surveillant les rives en 4×4 sur les chemins de halage.

La bénédiction de l’archevêque

A l’un des barrages, une quinzaine d’hommes sont rassemblés au bord du fleuve. Certains sont en treillis, d’autres en bottes de chasse. Tous ont les yeux rivés sur l’autre côté. Dimitris sort sa lampe torche et fouille la nuit: «En face, c’est la Turquie. Là, le fleuve est plus étroit. Les migrants peuvent passer à pied.» Les patrouilleurs sont là pour les arrêter. «Ensuite, nous appelons la police et nous lui remettons ces migrants», affirme Dimitris. Pourtant, différents témoignages laissent penser que les indésirables ont souvent été repoussés vers l’autre rive, parfois violemment. Un bruit de moteur traverse la nuit et perturbe les chants des canards. Deux hommes sortent de leur véhicule, un déclic résonne: ils viennent d’armer leur carabine.

«Oui, certains d’entre nous sont armés», reconnaît Sakis, un agriculteur de 38 ans qui participe à ces patrouilles aux allures de milices. Mais «nous ne les utilisons que pour tirer en l’air, pour décourager les migrants de venir». La stratégie est-elle efficace? La réponse est de l’ordre de l’évidence pour Sakis. Lui dit ne pas avoir dormi depuis trois jours afin de soutenir les forces de l’ordre. Un «devoir», dit-il. Pour lui, le doublement des troupes à la frontière par Athènes, les 700 millions d’euros promis à la Grèce par l’Union européenne pour affronter cette vague migratoire, le renfort de Frontex, la police des frontières européennes, sont insuffisants. Les «patriotes» ont donc pris le relais. L’archevêque Iéronimos, le chef de l’Eglise orthodoxe grecque, est même venu rendre visite à ces hommes en patrouille pour les bénir… renforçant les sentiments nationalistes et anti-migrants.

«Une profonde déchirure entre deux camps»

Ingénieur et propriétaire d’un journal régional, Yannis Laskarakis, très suivi sur les réseaux sociaux, a critiqué ces comportements dans un commentaire qui lui a valu des menaces de mort et le qualificatif de traître. «Le gouvernement a permis à la population de prendre les armes pour chasser les réfugiés à la frontière», explique ce sexagénaire aux allures de pâtre grec. «Quand le premier ministre est venu mardi dernier, il a rendu visite aux gens du delta de l’Evros. Cela revenait à les conforter dans leurs actions», analyse-t-il. Ce libéral s’inquiète: «Quand cette crise sera terminée, la région restera marquée par une profonde déchirure entre deux camps. L’un d’eux se disant patriote, l’autre apportant son aide aux migrants parce qu’ils sont des êtres humains.»

* Prénom d’emprunt

Photo: AFP

ALLER SUR LE SITE :   LE TEMPS

 


Tous droits réservés Le Temps