Le site des amoureuxdu grand-reportage

Livre: « L’État d’Israël contre les Juifs », de Sylvain Cypel

Livres publié le 24/01/2020 | par grands-reporters

Le comportement d’Israël n’est-il pas mauvais pour le pays mais aussi, plus généralement, mauvais pour les Juifs ?


Idéal type de la nouvelle droite internationale, régime autoritaire, ethnicisme, occupation militaire des Palestiniens… Cette logique a un prix qui pourrait être fatal. Ce qui advient en Israël affecte un grand nombre de la diaspora, à commencer par les Juifs américains qui estiment que cette politique est inadmissible et dangereuse – y compris pour les Israéliens eux-mêmes.

Imagine-t-on en France une loi qui établirait deux types de citoyens : par exemple, les « Français de souche » et les autres, qui ne bénéficieraient pas de droits égaux ? Une loi ségrégationniste de ce type, le parlement israélien l’a votée en 2018, au bénéfice des seuls citoyens juifs. Comment s’étonner que, de Trump à l’Indien Modi, du Hongrois Orbán au Brésilien Bolsonaro, les nouveaux dirigeants dits « illibéraux », dont certains cultivent leurs franges antisémites, plébiscitent désormais Israël ?

Ce qui les fascine, c’est la capacité de cet État à imposer sa politique « identitaire », à multiplier les lois antidémocratiques, à faire taire les critiques et à promouvoir un modèle où la « guerre au terrorisme », la xénophobie et l’islamophobie assumée jouissent d’un soutien massif au sein de l’ethnie majoritaire. Comment est-ce advenu ? Quelles en sont les conséquences, pour les Palestiniens comme pour les Israéliens ? Ce sont les questions auxquelles ce livre tente de répondre.

L’État d’Israël contre les Juifs suit aussi l’impact de l’évolution d’Israël sur les deux principales communautés de la diaspora juive. En France, le CRIF, représentant du judaïsme qui fait aussi office de lobby pro-israélien, entraîne ses adhérents dans un soutien sans faille aux actions des gouvernants d’Israël. Aucun débat n’a agité la communauté juive française après le vote de la loi ségrégationniste en Israël.

Aux États-Unis, celle-ci, et de multiples actes du même ordre, sont vivement critiqués par des responsables juifs de premier plan et plus encore dans la jeunesse juive. Ceux-là dénoncent l’occupation indigne des Palestiniens et les dangers de l’idéologie identitaire qui l’accompagne. Israël, clament-ils, est devenu « mauvais pour les Juifs ». Certains pronostiquent un divorce irrémédiable entre Juifs israéliens, engoncés dans le tribalisme, et Juifs américains, qui redécouvrent les attraits de la diaspora.

Aux Éditions La Découverte

 Sylvain Cypel. Ancien directeur de la rédaction de Courrier international, il a couvert les premières années de la seconde intifada et a été correspondant du Monde aux États-Unis de 2007 à 2013.


TOUS DROITS RESERVES