Le site des amoureuxdu grand-reportage

USA : nombreuses agressions de la police contre des reporters (Le Monde).

publié le 01/06/2020 | par grands-reporters

Des dizaines de reporters qui couvraient les manifestations contre les violences raciales ont été directement pris à partie par les forces de l’ordre. Un choc dans un pays où la presse bénéficie de garanties constitutionnelles généralement respectées


 

.

Une journaliste de NBC a été blessée à la tête par des tirs de gaz lacrymogène par la police pendant qu’elle couvrait une manifestation non loin d’un poste de police à Minneapolis, samedi. Photo : Getty Images / Chandan Khanna

 

Aller sur le site Le Monde

Par Corine Lesnes

Molly Hennessy-Fiske a couvert les conflits d’Irak et d’Afghanistan pour le Los Angeles Times, les émeutes raciales de 2014 à Ferguson (Missouri), et nombre d’autres manifestations. « Jamais la police ne m’avait tiré dessus, a-t-elle rapporté. Jusqu’à samedi. »

La journaliste suivait la quatrième nuit d’incidents à Minneapolis (Minnesota), devant le commissariat du cinquième district, quand la police en tenue anti-émeutes a chargé les protestataires, arrosant de gaz lacrymogènes un groupe de reporters retranchés le long d’un mur et dûment munis de brassards de presse. Délibérément et à bout portant. La journaliste a été blessée à la jambe. « Le masque d’un reporter qui était à côté de moi était taché de sang. Il était tellement choqué que quelqu’un a dû lui dire qu’il avait été touché », a-t-elle relaté dans le Los Angeles Times.

Un témoignage loin d’être isolé. Les journalistes qui couvraient les protestations survenues dans plus de 70 villes américaines après la mort de George Floyd n’ont pas été épargnés par les brutalités policières. Plusieurs dizaines d’entre eux ont affirmé avoir été directement visés par des tirs de balles en caoutchouc ou de gaz lacrymogènes, alors que leur carte de presse était bien visible. Plusieurs ont été blessés. L’institut Freedom of the Press et le site Bellingcat ont indiqué avoir recensé 50 exemples de journalistes « agressés par les forces de l’ordre ».

Cas le plus grave : à Minneapolis, Linda Tirado une photographe indépendante du Tennessee, qui avait laissé tomber un instant ses lunettes de protection, a été atteinte d’une balle de caoutchouc au visage. A l’hôpital, elle a été informée qu’elle ne recouvrerait probablement pas la vue de l’œil gauche.

« Des scènes qui rappellent la Chine ou l’Iran »

Souvent les reporters ont filmé les échanges. Tom Aviles, un photographe reconnu, travaillant pour l’antenne locale de CBS, a été frappé d’une balle de caoutchouc. Il a été arrêté sans ménagement alors qu’il répète qu’il « ne résiste pas », selon la vidéo.
Le reporter de Vice News Michael Anthony Adams, qui a crié une dizaine de fois qu’il était journaliste, s’est entendu répondre « Je m’en fiche » avant d’être aspergé de lacrymogène.

Un autre correspondant de CBS, Michael George, a pour sa part rapporté que son équipe avait été visée par des balles en caoutchouc alors qu’elle se trouvait loin du « front ». « Cela fait quinze ans que je couvre des manifestations à travers les Etats-Unis. C’est la première fois que je vois la police cibler la presse activement et intentionnellement avec des balles en caoutchouc, des lacrymogènes et des arrestations, a-t-il tweeté. Ce sont des scènes qui rappellent la Chine ou l’Iran. »

Article réservé à nos abonnés Lire aussi « La police aux Etats-Unis est à l’aise avec l’usage de la force »
Même l’un des journalistes vedette de la chaîne MSNBC Ali Veshi a été atteint d’une balle en plastique dans la jambe alors qu’il était en plein milieu de la rue, à bonne distance d’un rassemblement. Il a cru à un tir involontaire mais il a dû se raviser quand, après avoir mis les mains en l’air, a-t-il raconté, et crié « Média », les policiers, appuyés par la Garde nationale du Minnesota, ont répondu « On s’en fiche » et ont « ouvert le feu une deuxième fois ».
Les policiers n’ont pas été plus aimables dans le reste du pays. A Denver, à Chicago, à Los Angeles, les journalistes ont posté sur les réseaux sociaux des photos de visage tuméfié ou de bleus sur les membres.

Aller sur le site Le Monde

« L’ennemie du peuple »

A Washington, Philip Lewis, éditeur au Huffington Post, a été atteint d’une balle en caoutchouc : « Pas génial », a-t-il tweeté. Chris Mathias, du média en ligne, a été arrêté à Brooklyn. A Louisville (Kentucky), une jeune journaliste de la chaîne locale Wave 3, Kaitlin Rust, a été ciblée vendredi alors qu’elle intervenait en direct, pendant la manifestation de protestation contre la mort de Breonna Taylor, la jeune ambulancière tuée chez elle, en pleine nuit, à la suite d’une confusion de la police. « On me tire dessus ! On me tire dessus », s’écrie-t-elle à l’antenne.

Ces images ont créé un choc supplémentaire, dans un pays où les relations entre la police et la presse – dite « quatrième pouvoir » – suivent généralement des protocoles bien établis. Protégés par le 1er amendement de la Constitution des Etats-Unis sur la liberté d’expression, les journalistes n’ont pas l’habitude d’être malmenés et les arrestations sont rares. Selon le Committee to Protect Journalists, une association de défense de la profession, seuls 43 reporters ont été interpellés dans des manifestations depuis 2017, dont 37 pendant l’investiture de Donald Trump.

Aller sur le site Le Monde

Le 29 mai, l’envoyé spécial de la chaîne CNN Oscar Jimenez avait été arrêté et menotté, en direct à l’antenne. Il avait été relâché quelques heures plus tard. Le gouverneur démocrate du Minnesota, Tim Walz, s’était excusé et, surtout, avait expliqué que la protection et la sécurité des journalistes sont essentielles, « non pas par gentillesse mais parce que c’est une composante fondamentale de la manière dont nous réglerons ce problème ».

Cette vision n’est pas partagée par Donald Trump, qui aime à présenter la presse comme « l’ennemie du peuple ». Malgré les incidents de la nuit, le président a de nouveau mis en cause les médias dimanche, en les accusant de « faire tout ce qui est en leur pouvoir pour fomenter la haine et l’anarchie ». « Des déclarations comme celles-là mettent en danger la vie des reporters », a répliqué Jeffrey Goldberg, le directeur du magazine The Atlantic – dont M. Trump a célébré récemment les difficultés financières.

Corine Lesnes (San Francisco, correspondante)

 

Aller sur le site Le Monde


tous droits réservés Le Monde