Le site des amoureuxdu grand-reportage

BRESIL: « Je suis mort à Maré »

Videos publié le 29/06/2014 | par Marie Naudascher

Lors des grandes manifestations de Juin 2013, la santé et l’éducation étaient les principales revendications des citoyens. C’est là qu’est née l’idée et l’envie de faire ce documentaire et de lier la thématique de l’éducation à celle de la violence.
Maré est l’une des favelas les plus dangereuses de Rio, dont le territoire est partagé entre trois factions et les milices. Filmer dans la rue est presque impossible, et les habitants ne se confient pas facilement.
Dans les médias, on n’entend jamais la voix des enfants, qui sont les premières victimes de la violence, qu’elle soit urbaine, domestique ou sociale.
Leur quotidien est rythmé par les échanges de tirs entre police et trafiquants, les balles perdues, et les écoles qui ferment. La violence domestique, accrue par les difficultés économiques, explique, en partie, le grand nombre d’enfants qui vivent dans les rues, et finissent par tomber dans la drogue et la prostitution, très jeunes. Enfin, le poids des préjugés contre les enfants des favelas, souvent noirs ou métis, est un « plafond de bois » très compact à Rio de Janeiro. Et les enfants sont souvent regardés comme des voleurs ou des marginaux, simplement parce qu’ils dérangent les classes aisées, blanches, qui ne souhaitent pas se mélanger aux habitants des favelas.

VOIR LE DOCUMENTAIRE


TOUS DROITS RESERVES