Voir

Photos de Hans Silvester

"Les peuples de l’Omo"

Voyage au pays de l’Omo. Stupéfiant !

Voir

Photos de Patrick Robert

Libéria : dix ans de guerre civile

Voir

Dessins de Marcelino Truong

Femmes du Vietnam

l’amour fou d’un artiste pour son enfance en Asie

Voir

Dessins de 01. Jean-Paul Mari Yann Le Bechec

Entre Mexique et USA : La frontière de tous les dangers.

Voir

Articles de 01. Jean-Paul Mari

« Grand.reporters.com » : Un pari réussi !

un site de reporters pour promouvoir le grand-reportage de qualité.

Voir

Annonces de 01. Jean-Paul Mari

21ème Maghreb des Livres

Spécial Tunisie

Livres

Tchad : "Les Woodabés"

Les Woodabés,(llittéralement) « les hommes de l’interdit », Peuls du sud du Tchad, figurent parmi les derniers nomades d’Afrique. C’est un peuple pastoral, très attaché à ses vaches rouges aux immenses cornes. L’élevage est leur seul métier puisque pour eux, tout le reste n’est que mensonge ; leur grandeur et leur notoriété se mesurent au nombre de vaches qu’ils possèdent. C’est aussi leur force, leur vie, la garantie de leur totale autarcie. Sans elles, ils se sédentarisent et perdent leur culture. Depuis les temps les plus anciens, les Woodabés ont observé que chez les oiseaux, les mâles sont souvent plus beaux et plus spectaculaires que les femelles. Au cours de leur fête annuelle du Worso les hommes se maquillent, se parent et reproduisent les gestuels et les sons des parades d’oiseaux pour séduire les femmes. Ainsi, celles-ci ont plusieurs jours pour choisir l’homme avec lequel elles partiront et resteront jusqu’à ce que l’amour entre eux demeure. Les Peuls ont une morale très stricte : le Poulakou, qui comprend trois vertus : la patience, la conscience et ne jamais être dans une situation de honte, comme le vol et le mensonge. Si les troupeaux des Woodabés attisent les convoitises, c’est l’originalité de leur culture qui en fait un peuple menacé. On dit qu’ils maîtrisent la magie, ce qui les fait parfois craindre. Mais leur résistance est quotidienne pour préserver leur mode de vie. Ils souhaitent dire au monde que l’on peut vivre autrement et qu’eux-mêmes sont encore vivants. Marie-Laure de Decker les a rencontrés il y a 4 ans et retourne constamment chez eux. « J’ai trouvé mon idéal, les Woodabés, des gens qui ne se battent pas, qui s’aiment et se respectent, qui aiment leurs vaches auxquelles ils doivent leur survie ».

En savoir plus
Vous devez mettre à jour votre plugin Flash Questions, réponses, infos. Posez votre question sur le site Grands reporters.